L’hôtel Veranda Tamarin a rouvert ses portes après plus de six mois de rénovation. Cinquième établissement de l’enseigne Veranda Resorts, ce 3 étoiles (+) de 116 chambres propose un concept communautaire novateur dans le paysage hôtelier mauricien. Le Veranda Tamarin, c’est un pari osé sur l’avenir car c’est bien le seul et unique hôtel en son genre. Ancré au cœur du village de Tamarin, il porte l’authenticité à un autre niveau en s’ouvrant pleinement sur la vie locale, le surf, la musique et l’environnement. 

Pour la grande soirée de lancement hier soir, plus de 200 invités, regroupant tour-opérateurs, réceptifs, partenaires locaux et officiels, se sont retrouvés pour célébrer en musique la réouverture de l’hôtel mythique de l’ouest. Lors de cette soirée conviviale, les invités ont pu découvrir le nouveau décor rustique-chic et la nouvelle atmosphère chaleureuse de ce lieu de bohème, de surf et de musique initialement inauguré en 1970. Les espaces communs sont animés par les fresques réalisées par des artistes locaux, à savoir Kim Siew, le collectif Lakaz d’Art et David Lagesse. Les invités ont également pu découvrir la nouvelle scène du bar “Crazy Fish”, le “Rooftop bar view” à la vue imprenable sur la baie de Tamarin ainsi que le “Wash Baz”, un lieu de partage singulier dans l’hôtel entouré de machines à laver. Veranda Tamarin est un hôtel d’un nouveau genre baignant dans une atmosphère unique sous ses grands arbres, avec ses cases en ravenala, ses kiosques en chaume ou en tôle, et ses petits coins sympathiques au fond du jardin.

L’architecte mauricien Jean-Philippe Piat et la décoratrice Paule de Romeuf ont travaillé de concert pour intégrer des éléments marquants de l’ancien Hotel Tamarin pour faire vivre l’esprit des lieux. Veranda Tamarin se veut être un lieu de rendez-vous pour les habitants de l’ouest et les amoureux de la baie. Une programmation hebdomadaire sera l’occasion pour les clients de l’hôtel et les Mauriciens de partager la musique locale. Premier rendez-vous pour les puristes du Jazz a lieu ce samedi 15 décembre sur la nouvelle scène du “Crazy Fish” : Alain Brunet et sa formation “Akpé Motion”, avec Philippe Thomas et son quintette en première partie.

Lors de la soirée de lancement, François Eynaud, CEO de VLH, qui gère les enseignes Veranda et Heritage, a insisté sur cette particularité de l’hôtel, c’est-à-dire son intégration dans son environnement. Ainsi, toute une partie de l’établissement hôtelier, avec un resto/bar et une boutique, s’ouvre sur la rue et la plage. « L’hôtel permet aussi aux clients, s’ils le souhaitent, de couper la climatisation et de dormir les fenêtres ouvertes sous des moustiquaires et se réveiller aux chants des oiseaux, au cri du coq, ou aux aboiements des chiens du village de Tamarin », dit-il. Cette politique d’ouverture vers l’environnement des alentours et la communauté du village se traduit aussi, bien évidemment, par l’architecture, avec des chambres ouvertes vers la baie, les belles montagnes que sont le Rempart, les Trois Mamelles ou la Tourelle du Tamarin. En outre, pour conserver l’aspect rustique des lieux, le spa a été créé dans la maison de l’ancien gardien de l’hôtel, dans un esprit case créole avec sa varangue circulaire autour du grand manguier. Mais Veranda Tamarin, c’est aussi l’esprit surf à 100%, avec l’école de surf et une déco faisant honneur au surf au travers de planches, les unes plus belles que les autres.

Dimitri Vaulbert : « J’en ai rêvé tous les soirs »

Après un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en Tourisme, à Toulouse, Dimitri Vaulbert rentre à Maurice et intègre la première promotion de Vatel, où il fait sa licence. Puis il est Restaurant Manager successivement au Long Beach, à Constance, aux Seychelles et à 20 degrés Sud, puis F&B Manager pendant quelque temps à The Bay, à Tamarin. Il rejoint ensuite le groupe Trimetys et devient Hotel Manager de Be Cosy et enfin de Sakoa. En 2018, il rejoint au sein de VLH pour prendre les rênes de Veranda Tamarin. « C’était la première fois que je chapeautais une rénovation en tant que Hotel Manager et c’est de loin la plus grande expérience de ma carrière », confie-t-il avant d’ajouter que « je n’ai pas arrêté de rêver à l’ouverture tous les soirs ».

DHIRAJ SEETAH : Housekeeper et surfeur

Dhiraj Seetah est l’un des employés incontournables de Veranda Tamarin. Souriant, dynamique et toujours prêt à aider, ce jeune homme de 31 ans, qui aime son métier et qui est connu à l’hôtel sous le sobriquet de « Minou », occupe le poste de “Housekeeper”. « J’ai débuté à l’hôtel en 2007 comme “Cleaner” à l’âge de 18 ans. J’ai notamment travaillé avec Cyril Michel, l’ancien propriétaire, puis j’ai été promu “Valet superviseur” et, en 2013, je suis devenu “Housekeeper”. Lorsque l’hôtel a été racheté, j’étais inquiet et j’avais peur de perdre mon emploi, mais le groupe Veranda m’a gardé à mon poste. J’étais soulagé. Avec Veranda, le travail a évolué et il y a beaucoup de défis, mais aussi beaucoup de formations notamment pour nous améliorer en termes de service. La compagnie nous permet de grandir et de progresser et le manager nous donne un bon encadrement », explique-t-il. Comme l’hôtel promeut l’esprit du surf, Dhiraj Seetah s’y sent comme un poisson dans l’eau, puisque cet enfant de Tamarin, habitant la route Carlos, pratique le surf depuis l’âge de 11 ans. D’ailleurs, dès qu’il a un moment de libre, il monte sur sa planche pour aller profiter des vagues…