Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, a soutenu samedi lors de sa conférence de presse hebdomadaire que l’opposition est persécutée. Il a déclaré que le député Showkutally Soodhun et lui ont été convoqués par la CID jeudi dernier dans le cadre de l’enquête sur l’incendie chez Harish Boodhoo, à Belle-Terre, le 1er mars 2011.
« C’est incroyable. J’ai dit à la police que je connais mes droits, donnez-moi les éléments de cette affaire. Elle a refusé. J’ai répondu qu’en temps et lieu nous allons lui faire connaître notre position. Ala dan ki pei nou pe viv », a fait ressortir Pravind Jugnauth. Auparavant, le leader du MSM avait parlé de l’affaire Bois de rose où, estime-t-il, le Premier ministre Navin Ramgoolam « pe rod zet labou lor lopozisyon ».
Au début de sa conférence de presse, le leader du MSM a fait état de « mensonges » du ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo, concernant le sucre et la « saga » des projets d’infrastructures publiques « kot pe bangol larzan piblik ». Il a souligné que le pays fait face à des hausses successives du prix du sucre depuis 2007/2008. Celui du sucre blanc est passé de Rs 5,50 à Rs 40 le kilo dans nos supermarchés – une hausse de 627 % en cinq ans.
« Qu’est-ce qui a provoqué cette décision ? D’abord, la libéralisation partielle et ensuite totale du prix du sucre ? » s’est demandé Pravind Jugnauth. La vérité, selon lui, se situe dans l’accord entre le gouvernement et la Mauritius Sugar Producers’ Association (MSPA) en date de décembre 2007. Il a cité un extrait de cet accord où il est stipulé que le prix du sucre sera augmenté sur le marché local. Ce qui, selon lui, représente un « jackpot » de Rs 5 milliards sur dix ans pour les producteurs de sucre, dont la majorité, soit 75 %, sont des « barons sucriers. »
Le leader du MSM a appelé le gouvernement à rendre public cet accord. Il s’est intéressé aux 35 % d’actions promis aux travailleurs et planteurs dans l’industrie sucrière, y compris dans la production d’éthanol. « On avait parlé de la création d’une autre entité qui sera appelée Cane Democratisation. Cinq ans après, zéro ? » a-t-il lancé. Pravind Jugnauth a aussi abordé le cas des métayers et de l’étude qui devait être menée sur le prix de l’électricité par rapport aux Independent Power Producers (IPP). « Le Premier ministre avait pris l’engagement de faire baisser les tarifs de l’électricité mais ils ont augmenté de 20 % en avril 2008, puis de 10 % en décembre 2010. »
S’agissant des infrastructures publiques, le leader du MSM a déclaré que c’est désormais une habitude de voir le coût initial de ces projets ne pas être respecté. « Nous avons vu que dans de nombreux cas, des millions de roupies additionnelles ont dû être payées », a soutenu Pravind Jugnauth citant les projets de Baie du Tombeau Sewerage, Plaines Wilhems Sewerage, Jin Fei Sewerage, le Caudan Fly-Over, la route Terre-Rouge/Verdun et le Road Decongestion Programme. Finalement, il a évoqué le coût prévu pour le projet de métro-léger qui est de Rs 15 milliards. « Azordi, gouvernman pe koz 25 milyar ! », a-t-il lancé.