Dans le cadre de l’enquête judiciaire instituée par le Directeur des poursuites publiques Me Satyajit Boolell, concernant l’incendie survenu le 1er mars 2011 au domicile d’Harish Boodhoo, le témoin Rajesh Seenundhun, un habitant de Belle-Terre, à Phoenix, a déclaré devant le magistrat Kevin Moorghen avoir vu trois hommes prendre la fuite quelques minutes avant que n’éclate l’incendie au domicile d’Harish Boodhoo.
L’enquête judiciaire instituée par le DPP pour faire la lumière sur l’incendie survenu le 1er mars 2011 au domicile d’Harish Boodhoo s’est poursuivie hier avec l’audition des témoins. Rajesh Seenundhun, un habitant de Bonne-Terre, devait ainsi déclarer en cour avoir entendu trois personnes courir en direction des champs de cannes quelques minutes avant que le feu ne prenne. Il concède ne pas avoir pu les identifier car, dit-il, « il faisait noir ». Ce témoin avait d’ailleurs fait état de ces faits à la police. Il devait ainsi indiquer en Cour avoir entendu, de sa chambre à coucher – qui donne sur la route –, « des personnes qui couraient vers les champs de cannes », soit dans la direction opposée du domicile d’Harish Boodhoo, et ce vers 2 h 30 du matin. Lorsqu’il s’est levé pour s’enquérir de la situation, il devait alors apercevoir par la fenêtre de son salon, trois hommes qui couraient vers les champs. Il serait alors sorti pour voir si ses véhicules, stationnés dans sa cour, étaient toujours à leur place avant de repartir se coucher. Il se serait alors réveillé une deuxième fois à cause de « bruits, qui ressemblaient à des pétards ». De la fenêtre de son salon, il a alors aperçu du feu émanant de la demeure d’Harish Boodhoo. Le témoin devait confirmer avoir vu le van, qui se trouvait dans le garage d’Harish Boodhoo, en feu. Selon le témoin, lors de l’incendie, une vingtaine de personnes s’étaient rassemblées sur la route devant le domicile d’Harish Boodhoo pour constater les dégâts.
Outre le témoignage de Rajesh Seenundhun, le Senior Crime Officer, le PC Dunnee, devait affirmer que, lors de sa descente sur les lieux, avoir constaté que les deux véhicules qui se trouvaient dans le garage d’Harish Boodhoo avaient été consumés par le feu. Il a ajouté que des matériaux en bois, qui se trouvaient sous la véranda, avaient également pris feu, lequel feu s’était propagé du garage jusqu’à la véranda de la maison. Le PS Lutchmun, alors au poste de police de Fanfaron, devait affirmer que, le 1er mars 2011, jour de l’incendie, il était arrivé sur les lieux trois minutes après que celui-ci n’éclate. Après avoir conversé avec Harish Boodhoo concernant les circonstances de l’incendie, ce dernier devait déclarer qu’un témoin aurait aperçu des hommes prendre la fuite vers les champs de cannes peu de temps avant. Cependant, l’officier devait confirmer que rien de suspect n’avait été retrouvé sur les lieux du sinistre et qu’il n’avait aucune information sur les trois hommes qui auraient couru en direction opposée quelques minutes avant que l’incendie n’éclate. Bashir Durgahet, sapeur-pompier, devait quant à lui déclarer que les soldats du feu étaient arrivés vers 3 h 35 du matin et qu’il aura fallu 40 minutes pour circonscrire l’incendie.
Par ailleurs, au début de l’audience, le magistrat Kevin Moorghen a dit avoir reçu une lettre d’Harish Boodhoo faisant état d’allégations contre des officiers de police. Le magistrat l’a alors invité à consigner une nouvelle déposition à la police afin qu’une enquête soit initiée pour confirmer ses dires. De plus, Harish Boodhoo devait déclarer que, lors de son témoignage précédent dans le cadre de l’enquête judiciaire, il avait omis de faire ressortir « un point important ». La séance a été ajournée au 30 avril.