Poursuivi pour complot dans l’affaire Toorabally, le notaire Vinay Deelchand et ses trois acolytes, Sandeep Appadoo, Mahendra Choonea et Dharmanand Sambon, ont été reconnus coupables par la magistrate Anjelee Ramdin, siégeant en Cour intermédiaire. Ils étaient accusés d’avoir donné des instructions pour mettre le feu à la résidence d’Anwar Toorabally. La magistrate s’est principalement appuyée sur la version du témoin principal dans cette affaire, Antoine Chetty, qui, souligne-t-elle dans son jugement, a déposé « de façon claire et cohérente ». C’est lui qui aurait exécuté les ordres pour envoyer des cocktails Molotov chez les Toorabally. La sentence sera prononcée après les plaidoiries des avocats prévues ce mercredi.
Les accusés, qui ont tous plaidé non coupable, étaient défendus par Me Jacques Panglose et Marie-Lourdes Lam Hung. L’accusation était soutenue par Me Carole Green-Jokhoo. Au cours de l’audience, le témoin à charge Antoine Chetty, interrogé par Me Green-Jokhoo, avait confirmé ce qu’il avait déclaré aux enquêteurs : le dénommé Anwar Toorabally s’était rendu un jour à la Pearl House, où se trouvait le bureau de Sandeep Appadoo et l’étude de Me Deelchand. Il était accompagné d’une quinzaine de personnes et était venu régler un problème de terrain. Antoine Chetty a, par la suite, reçu des instructions des accusés de « b… kout koktel molotov lor so lakaz e si kapav bril so figir kout lasid ». Le témoin a expliqué qu’il n’avait toutefois pas suivi à la lettre ces instructions, précisant que Vinay Deelchand lui aurait donné l’adresse de Toorabally et lui aurait présenté deux hommes (c’est-à-dire ceux d’Antoine Chetty) qui auraient exécuté ses ordres, qui étaient de commettre le crime d’incendie. Il a rappelé qu’il a été poursuivi pour cet acte et qu’il purge actuellement une peine de prison pour cela. Répondant toujours à l’avocate de la poursuite, Antoine Chetty a laissé entendre avoir oublié l’identité des deux complices.
Antoine Chetty a ensuite été contre-interrogé par Me Panglose. Aux questions de l’avocat de la défense, il avait expliqué que sept années s’étaient écoulées depuis que la police avait ouvert l’enquête dans cette affaire, ajoutant que c’est pour cela que les noms de certaines personnes lui échappaient. Anwar Toorabally avait dit de son côté qu’il avait effectivement eu des démêlés avec les accusés en 2000, suite à la vente d’un terrain d’une superficie de trois arpents à un habitant de Montagne-Longue pour la somme de Rs 3 millions. L’acquéreur ne lui avait remis qu’un million. Le terrain avait par la suite été racheté par les accusés, qui envisageaient de créer un morcellement. Il avait été convenu, selon les dires du témoin, que ces derniers allaient lui remettre la somme restante. Mais comme ils lui promettaient qu’éventuellement ils le paieraient, il avait perdu patience ; d’où sa visite à la Pearl House. Il a ajouté que durant le mois d’août 2000 son 4×4 a été incendié.
En prononçant le jugement, la magistrate Ramdin a souligné que l’incendie produit chez les Toorabally n’était pas accidentel, mais intentionnel. « I therefore find that it can safely be inferred from the real evidence on record, that the fire outbreak in the garage of M. Anwar Toorabally which took place on 17th August 2000 where his 4×4 was burnt, was not an accidental act but rather a malicious plot. The broken pieces of glass and smell of motor spirit in the garage indicates that it was an external act and adds weight to the version of M. Chetty that a cocktail Molotov was thrown in the garage », a-t-elle soutenu. La Cour a considéré le fait qu’Antoine Chetty était le seul témoin dans cette affaire et qu’il était également un complice. La Cour a trouvé que le témoignage d’Anwar Toorabally corroborait avec la version d’Antoine Chetty.
Après avoir analysé les dires en Cour, la magistrate a conclu que les témoins de la Poursuite avaient déposé de façon claire et cohérente alors que les versions des accusés étaient remplies de zones d’ombre. « I find in the light of evidence adduced and more specifically from the testimony of M. Antoine Chetty that it has been established that in August 2000, the 4 accused parties who were duly identified in court agreed to throw cocktail Molotov on the house of M. Anwar Toorabally and Accused N°1 gave the instructions to M. Antoine Chetty in presence of the 3 other accused parties who discussed about the details », a conclu la cour.