Photo : REUTERS

Le bilan de l’incendie mercredi d’un puits de pétrole illégal dans l’ouest de l’Indonésie s’est aggravé à 21 morts mais le feu a été éteint, ont indiqué jeudi les autorités de ce pays d’Asie du Sud-Est.

L’incendie s’était déclaré en pleine nuit dans un quartier résidentiel de la province d’Aceh, à la pointe nord de l’île de Sumatra, ravageant des maisons dans le village de Peureulak. La police poursuit ses investigations pour déterminer l’origine de l’incendie, qui pourrait avoir été provoqué par une cigarette restée allumée.

« Le bilan est maintenant de 21 morts. Il a augmenté par rapport à hier (mercredi) car trois blessés sont décédés », a déclaré à l’AFP une responsable de l’agence de gestion des catastrophes à Aceh, Henny Nurmayani, ajoutant que 38 personnes étaient toujours hospitalisées dans un état grave.

« Le feu est maintenant éteint mais il y a toujours des vapeurs de gaz », a ajouté Mme Nurmayani.

Les gigantesques flammes dont les images ont été relayées sur les réseaux sociaux ont été maîtrisées par les pompiers, après de longues heures de lutte, avec l’aide de matériel spécialisé de la compagnie pétrolière nationale Pertamina.

L’est d’Aceh est doté de nombreux puits de pétrole exploités souvent en toute illégalité par des villageois. L’Indonésie abriterait des dizaines de milliers de puits de pétrole comme celui-ci. Des habitants cherchent de l’or noir aussi bien dans des puits abandonnés que récents pour le revendre à bas prix.