Les casernes de pompiers de l’île ont eu fort à faire durant ce week-end en intervenant dans au moins sept incendies graves. Le dernier remonte aux petites heures, ce matin, ravageant la maison d’une sexagénaire habitant Vacoas, Jennifer Lingaya, dont le corps a été découvert carbonisé.
À ce stade, les seules informations disponibles concernant ce dernier sinistre sont que vers 4 h 10, le feu a éclaté dans une maison en béton à Bonne-Terre, Vacoas. La victime, Jennifer Lingaya, 65 ans, serait la locataire des lieux. La propriétaire habite, elle, à rue Raoul Rivet, Port-Louis. Une enquête a été initiée au niveau du poste de police de Vacoas en vue de déterminer les circonstances exactes de ce dramatique incendie. La dépouille de la victime a été transportée à la morgue à des fins d’autopsie qui sera réalisée aujourd’hui par le Police Medical Officer.
Dans la journée d’hier à Baie-du-Tombeau, les pompiers étaient engagés, à la rue Pingouin, dans un important incendie ravageant quatre maisons, construites en bois et en tôles ondulées. Fort heureusement, aucune victime n’a été enregistrée. Dans leurs versions consignées à la police, les propriétaires ont expliqué qu’ils ont tout perdu. Jusqu’ici, la valeur des dégâts n’a pas encore été déterminée. La Police enquête toujours sur ce qui a pu déclencher le sinistre.
Par ailleurs, un autre incendie a ravagé la maison d’un quadragénaire à rue des Carriers, Roche-Bois, samedi. Le propriétaire évalue les pertes à quelque Rs 100 000.
Le bilan de ce week-end aurait pu être plus grave en termes de perte de vies humaines après qu’un incendie s’est déclaré dans la journée de samedi dans le bâtiment de quatre étages de l’usine Candy Textile Ltd, Dagotière. Lorsque l’incendie a éclaté, soixante employés — 45 Mauriciens et 15 étrangers — s’y trouvaient. Ils ont alors quitté les lieux, en catastrophe, laissant derrière eux leurs effets personnels qui ont été carbonisés par les flammes.
Candy Textile Ltd, compagnie engagée dans la fabrication de jeans, a enregistré d’énormes pertes. Le rez-de-chaussée a été détruit, les produits finis et les raw materials, se trouvant dans l’entrepôt, ont été complètement ravagés par le feu. L’incendie était d’une ampleur telle qu’il a fallu l’intervention de trois casernes – Curepipe, Quatre-Bornes et Port-Louis – pour venir à bout des flammes. Le feu, qui s’est déclaré peu avant 13 h 30, était sous contrôle vers 17 h et a été complètement maîtrisé aux alentours de 18 h 30. À ce matin aucune information officielle n’était disponible concernant les pertes enregistrées par la compagnie Candy Textile Ltd. L’enquête policière suit son cours.