Trois anciens ministres – Devanand Rittoo, Cader Sayed Hossen et Rajesh Jeetah – ainsi que trois autres membres du PTr font l’objet d’accusations provisoires au tribunal de Port-Louis dans le cadre des incidents survenus devant les Casernes centrales entre des sympathisants de ce parti et des policiers le 16 janvier. Leur procès a été ajourné au 2 juin, date à laquelle un policier sera appelé à apporter des précisions sur l’évolution de l’enquête.
Devanand Rittoo, membre du PTr et ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, avait été arrêté dans l’après-midi du 20 janvier après les incidents survenus le 16 janvier devant les Casernes centrales entre des sympathisants du PTr et des policiers. L’ancien ministre Ritoo fait l’objet de trois accusations provisoires dans cette affaire, soit de « assault against an agent of the civil authority », « taking part in an unlawful assembly » et « obstructing a public road ».
Les deux ex-ministres Cader Sayed Hossen et Rajesh Jeetah, ainsi que trois membres du parti – Balkissoon Hookoom, Cassam Dhunny et Antonio Mooneesawmy –, avaient eux aussi été interpellés par la suite. Ils font eux l’objet d’accusations de « taking part in an unlawful assembly » et « obstructing a public road ». Lors de leur comparution devant la magistrate Adila Hamuth hier, cette dernière a ajourné l’affaire au 2 juin pour qu’un policier vienne témoigner sur l’évolution de l’enquête.
Pour rappel, après ces incidents survenus aux Casernes centrales, un policier affecté au CID de Port-Louis avait consigné une déposition contre Devanand Rittoo. Il accusait l’ancien ministre de l’avoir agressé avec un blouson lors des échauffourées. De nombreux sympathisants du PTr attendaient ce jour-là l’arrivée de Navin Ramgoolam au quartier général du PTr, au Square Guy Rozemont, afin de soutenir leur leader, qui devait alors se rendre au CCID pour y être interrogé sur les Rs 220 millions saisies à son domicile à River-Walk en février 2015.