« Tous ceux qui me connaissent savent que je ne tiendrais jamais des propos qui pourraient inciter quiconque à désobéir à la police ». C’est ce qu’écrit à Week-End la député Nita Deerpalsing, en réaction à la publication dans nos colonnes, la semaine dernière, de la séquence des événements entourant la vente illégale de briani à la Route St Jean par un de ses agents, Soulou Lotun, et, surtout, à l’entrée effectuée par les policiers impliqués dans l’incident.
En dépit du démenti de la député à l’effet qu’elle n’aurait jamais dit à son soutien politique qu’il pouvait vendre son briani sans crainte d’être inquiété, la police de Quatre-Bornes maintient que les événements se sont déroulés exactement comme ils les ont consignés dans leur version officielle. Ils sont d’autant plus remontés contre cette ingérence dans leur travail que leurs collègues ont été sanctionnés après l’incident, parce qu’il y a aussi eu intervention en haut lieu. Ces jeunes policiers dénoncent plus que jamais la mentalité « gouvernement dans nou la main ».