La ministre du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille durcit le ton au sujet des règlements qui devront être suivis par le personnel et les résidents. A la suite des incidents survenus cette année au “shelter” La Colombe, à Pointe-aux-Sables, Mireille Martin réaffirme en effet sa ligne de fermeté et indique qu’elle ne tolérera aucune entorse aux règlements.
L’abri La Colombe, établissement construit par l’État accueillant des enfants en difficulté dans leur milieu familial, a vécu cette année une série d’incidents impliquant des employés ainsi que des résidentes elles-mêmes. Le mois dernier, une altercation entre un groupe de jeunes filles rivalisant avec une fille mère de 17 ans a débouché sur des menaces de mort proférées à l’encontre du bébé de cette dernière, âgé de deux mois. La situation s’est empirée lorsque la jeune maman a essayé de rapporter le cas à une employée du centre au sujet des menaces d’agression et d’étouffer son nourrisson. L’employée, qui est intervenue pour ramener à l’ordre le groupe de jeunes filles, âgées de 14 à 15 ans, a été rouée à coups de bâtons par ces dernières. L’employée avait dû être transportée à l’hôpital Jeetoo, où elle a reçu les premiers soins. La Child Development Unit et la police de La Tour Koenig ont ouvert une enquête.
L’autre incident concerne des allégations d’attouchements sexuels d’un employé du même centre sur une des résidentes, mineure. Ce dernier a été appréhendé par la Police.
Le “shelter” est géré par le National Children’s Council – qui tombe sous la tutelle du ministère de l’Égalité des genres – et qui a par ailleurs tenu hier sa première réunion du conseil d’administration. Un board qui a vu la participation de la nouvelle présidente du conseil d’administration, Me Béatrice Prèle.
La ministre Mireille Martin se dit « préoccupée » par les événements récents, qui sont survenus à l’abri de Pointe-aux-Sables, impliquant certains résidents et membres de l’administration. Elle a réaffirmé sa ligne de fermeté en expliquant que le ministère suivra la situation « de très près ». Mireille Martin a exhorté les membres du conseil d’administration de trouver dans l’immédiat des solutions « pratiques et réalisables » dans la gestion de l’abri.