Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a menacé hier après-midi d’instaurer l’état d’urgence dans le pays si les incidents à caractère communal qui se sont produits dans le Sud durant le week-end ne s’arrêtent pas. « Ceux qui sont derrière ces incidents oublient que j’ai la majorité nécessaire pour introduire l’état d’urgence facilement », a-t-il déclaré. À une question de la presse sur ce que pensent ses alliés politiques au sujet de l’état d’urgence, il a répondu : « Dan lintere pei, mo bann alie pou dakor, sinon pa vo lapenn diriz pei. »
D’emblée, sir Anerood Jugnauth a condamné fermement les incidents à caractère communal qui se sont produits le week-end dernier dans le sud du pays. Maurice est un État de droit et la loi sera appliquée dans toute sa rigueur, dit-il. « Nous n’épargnerons personne qui soit impliquée dans de tels actes illégaux et qui incite les autres à la violence. Pa pou ena pitie pou personn ». Il insiste qu’il ne tolérera aucun dérapage, avant d’assurer que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour garantir la sécurité de la population et le law and order dans le pays.
SAJ soutient que des partisans de certaines associations circulant dans des véhicules essayent de nuire à la paix et à l’harmonie dans le pays. « Sa bann badinaz la bizin arete », a-t-il martelé, avant de s’en prendre également à ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour poster des propos et des photos incendiaires. « Nous sommes en train de les retracer et les amener devant la justice, j’espère que celle-ci sera sans pitié envers eux ».
Sir Anerood Jugnauth estime que certaines personnes cherchent à tirer avantage de cette situation. Il a nommément cité Rama Valayden, qui, dit-il, aurait demandé aux gens de descendre dans la rue. « Valayden pense qu’il est au-dessus de la loi. Je le mets en garde : li pa kapav fer seki li kontan. Zot pe dir pou ariv kiksoz terib dan pei avan la fin la semenn e ki pou ena eleksion zeneral antisipe ». Certaines personnes, ajoute le PM, pensent que seul Navin Ramgoolam pourra sauver le pays. Et de lancer ironiquement : « De tou dimounn, Navin Ramgoolam… »
Le Premier ministre soutient que ces incidents découlent d’un complot politique pour essayer de déstabiliser le gouvernement et « anpes nou met lord dan pei ». « Ces gens oublient que j’ai une majorité confortable et que je peux instaurer l’état d’urgence facilement dans le pays. Je vais alors m’occuper de ces gens-là ».
Finalement, Sir Anerood Jugnauth a demandé à la population d’être vigilante et d’aider la police à mettre de l’ordre dans le pays pour que règnent la paix et l’harmonie. Répondant aux questions de la presse, il a une nouvelle fois insisté que ces incidents sont l’oeuvre de certains politiciens. « Ce n’est pas un hasard que deux personnes se rendent dans un temple e fer seki zot finn fer », a-t-il déclaré. Sur l’arrestation d’un policier dans le cadre de cette affaire, il a estimé qu’il y a des policiers « soular, droger, voler, violer, mais je ne peux condamner toute la force policière. Ce sont des exceptions ». Le Premier ministre ajoute que certains policiers qui étaient attachés à l’ancien gouvernement sont « kont nou ». « Ça se passe aussi dans la fonction publique ; la vitesse à laquelle je veux qu’on travaille les dossiers, be pe bizin galop deryer zot e met manivel. C’est un problème auquel nous faisons face », a-t-il conclu.