Poursuivi pour incitation à la haine raciale et pour avoir saccagé des tentes lors de la fête Maha Shivaratree en 2012, l’ex-constable Mahabood Wohedally, fils de fils de Cassam Wohedally (alias Cassam Zulu), activiste du MMM, a comparu devant la Cour intermédiaire hier. En l’absence des témoins, son procès a été renvoyé au 19 octobre.
La police lui reproche d’avoir été à la tête d’un groupe d’individus qui ont endommagé des banderoles à Quinze-Cantons, Vacoas, dans le cadre de la fête Maha Shivaratree. Une salle verte aménagée pour les pèlerins se rendant à Grand-Bassin a aussi été saccagée. L’ex-constable Wohedally est accusé de stirring up racial hatred et de damaging property by band sous l’article 282 (1) (b) du Code criminel. Après cet incident survenu le 15 février 2012, Mahabood Wohedally était activement recherché par la police. Lors de son arrestation, il avait complètement nié toute implication dans cette affaire. Plusieurs autres personnes avaient également été arrêtées. Mohammad Massi Ullah Hossany, Reza Lallmohamed et Ziyad Khan Wohedally sont accusés de sédition. Le sergent de police (PS) Shakeel Dussoruth et la Woman Police Constable (WPC) Sharon Lamarque sont quant à eux accusés de « forgery by public officer ». Les enquêteurs pensent qu’ils ont falsifié une entrée dans le diary book de la police au sujet de la plaque d’immatriculation de la voiture qui était impliquée dans ce délit. Lorsque les enquêteurs avaient vérifié le numéro en question auprès de la NTA, ils s’étaient rendu compte que ce numéro était au fait celui d’une motocyclette.