La Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) a plaidé en faveur des actions concertées et soutenues entre les secteurs public et privé indien et mauricien en vue de développer davantage les relations économiques et les liens d’affaires. Intervenant lors d’un Business Meeting tenu au Taj Mahal Palace Hotel de Mumbai dans le cadre de la visite officielle effectuée dans la Grande Péninsule par le Premier ministre Navin Ramgoolam, le président de la MCCI Cédric de Spéville a indiqué que le Joint Business Council (JBC) Maurice-Inde espère venir de l’avant avec un programme à moyen terme portant sur l’approfondissement des relations d’affaires bilatérales et pour lequel le soutien des gouvernements respectifs sera recherché.
La MCCI, a déclaré Cédric de Spéville, a été partie prenante du développement des liens d’affaires entre l’Inde et Maurice, ayant dans les années 80 mis en place une collaboration structurée avec la Federation of Indian Chambers of Commerce and Industry (FICCI) et subséquemment avec la Confederation of Indian Industries (CII) et l’ASSOCHAM. Deux décennies d’actions concertées ont produit des résultats probants. L’Inde, qui était classée 7e fournisseur de Maurice en 1995, est remontée à la 2e place, occupant même ces dernières années, la première position grâce à l’approvisionnement à 100 % de Maurice en carburant. Les importations indiennes s’élèvent annuellement à environ un milliard de dollars. De plus, en l’espace d’une décennie, Maurice est devenue le premier pourvoyeur d’investissements directs étrangers en Inde. Le nombre de touristes entre les deux pays s’est accru de 180 %, a relevé Cédric de Spéville même si, pour le président de la MCCI, ce nombre est encore faible.
« These positive developments took place thanks to a proactive stand regarding legal and regulatory measures at both ends, be it on movement of capital, air traffic rights or visas. An active business facilitation and promotion campaign lended support to this coherent strategy », a souligné Cédric de Spéville. Un espoir certain, a-t-il laissé entendre, était fondé sur les négociations entamées il y a quelques années concernant un accord de commerce préférentiel dans le cadre d’un Comprehensive Economic Coopération and Partnership Agreement (CECPA). Bien que les négociations sur l’accord commercial aient été complétées en décembre 2007, aucune signature n’a suivi en raison de certaines complications au niveau du processus du CECPA.
Le président de la MCCI a évoqué dans la foulée la déception du secteur privé mauricien : « We have lost precious time in unlocking new business opportunities between India and Mauritius. The more so given the pace at which our respective countries and, more importantly, the world economy has been changing in recent years. We clearly cannot capitalize on these new opportunities with a bilateral business regulatory framework that dates back to the last century. »