Maurice a été de loin la première source d’investissements directs étrangers (FDI) vers l’Inde au cours de la période avril 2011-février 2012, rapporte la presse indienne citant des données officielles. Le montant de FDI en provenance de Maurice s’est élevé à US $ 9,42 milliards pendant cette période.
L’Inde a attiré au cours des onze derniers mois un montant total de US $ 28,4 milliards. Un tiers de cette somme, soit US $ 9,4 milliards, est venue de Maurice, « grâce au traité de non double imposition » entre Maurice et la Grande Péninsule, souligne la presse indienne. Les autres principales sources de FDI pour l’Inde pendant cette même période ont été dans l’ordre Singapour (US $ 5,07 milliards), le Japon (US $ 2,86 milliards), le Royaume Uni (US $ 2,75 milliards), l’Allemagne (US $ 1,54 milliard), les Pays Bas (US $ 1,21 milliard) et Chypre (US $ 1,42 milliard).
Le montant de FDI reçu à ce jour par l’Inde est plus élevé que celui enregistré pour toute l’année financière 2010-2011 (US $ 19,42 milliards), exercice qui s’était soldé par une baisse par rapport au niveau de 2009-2010 (US $ 25,83 milliards).
Pour le mois de février 2012, le FDI en Inde a atteint US $ 2,21 milliards, soit une croissance de 74 % comparativement au montant enregistré pour le même mois l’année dernière. Les experts estiment qu’il y a un fort potentiel d’attirer plus de FDI en Inde à condition que les réformes économiques soient enclenchées.
« There is an urgent need for strong reforms like 100 per cent FDI in sectors like multi-brand retail and insurance. There is a need to boost investor confidence, $ 2 billion in month is not a big number », a fait ressortir le secrétaire général de la Fédération des Chambres de commerce et d’Industrie de l’Inde, Rajiv Kumar.
Les secteurs qui ont reçu les plus gros montants de FDI au cours de la période avril 2011-février 2012 ont été les services (US $ 5,05 milliards), l’industrie pharmaceutique (US $ 3,21 milliards), les télécommunications (US $ 1,99 milliard), la construction (US $ 2,52 milliards), l’énergie (US $ 1,61 milliard) et la métallurgie (US $ 1,76 milliard).