Un Probation Officer, âgé d’une quarantaine d’années, aurait eu des gestes déplacés envers une jeune femme lors d’une enquête dans le cadre de la garde de l’enfant de cette dernière.
La police de Pope Honessy enquête depuis le milieu de la semaine sur une affaire d’indecent assault sur une jeune femme de 23 ans. La victime présumée, une habitante de Curepipe, coiffeuse de profession, accuse en effet un Probation Officer d’avoir, à plusieurs reprises, eu des gestes déplacés à son égard. Les faits se seraient déroulés en septembre dernier dans le bureau même de cet officier alors qu’il menait une enquête sur la garde de l’enfant de la jeune femme. Cette dernière a consigné une déposition mercredi au poste de Pope Henessy, en compagnie de son homme de loi, Me Germain Wong Yuen Kook.
Dans sa déclaration, la Curepipienne a d’abord expliqué que le Probation Officer devait mener une enquête sur son « family background and environnement » après sa séparation avec son ancien compagnon, et ce en vue de décider de la garde de son enfant, un garçon de quatre ans. Le premier rendez-vous avec l’officier devait se tenir au bureau de ce dernier. Si cette première prise de contact s’est déroulée de manière formelle, les autres rencontres, toujours dans le bureau de l’officier, auraient pris une tournure différente. C’est ainsi que pendant le mois de septembre, l’officier, âgé d’une quarantaine d’années, aurait tenu des propos déplacés et eu des gestes indécents envers la coiffeuse. L’homme, qui avait également rencontré l’ancien compagnon de la jeune femme dans le cadre de son enquête, lui aurait ainsi lancé : « Kouma ou finn gaygne enn missie koume sa ? Ou bizin gaygne enn dimoune kouma mwa pou kapav satisfaire ou ! » La présumé victime allèguent que le Probation Officer lui a clairement fait comprendre que « pena ni avocat, ni avoue ou juge… mo mem ki pou desid ou sort ». Selon la version de la jeune femme, son interlocuteur l’aurait même embrassée de force au cours de deux rencontres.
Selon les indications disponibles, le Probation Officer aurait par la suite rédigé un rapport défavorable envers la jeune femme, la privant ainsi de la garde de l’enfant. « Les conclusions de ce rapport sont complètement fausses et ne reflètent absolument pas l’environnement de ma famille », a argué de son côté la présumée victime au poste de police. De son côté, dans une déclaration au Mauricien, son avocat soutient : « Je confirme que ma cliente a consigné une déposition à la police. À ce stade, nous sommes en attente des avancées de l’enquête avant de pouvoir procéder à d’autres étapes légales concernant ce dossier. »
Ce matin, aucune indication n’était toujours disponible sur le fait de savoir si le Probation Officer avait ou non été convoqué à la police. L’enquête se poursuit.