C’est dans un univers quasi-fantastique marqué par un jeu de lumière et de son avec la participation de 500 artistes que le concepteur et réalisateur du spectacle de la fête de l’indépendance, Guillaume Jauffret, a convié les invités et le public hier à célébrer les 45 ans de Maurice autour du thème « Enn pei, enn nasion, enn destin ». En une heure, les artistes qui se sont succédé sur scène ont conté l’histoire de Maurice : le dur labeur de ses ancêtres, sa culture, la célébration de ses champions et son devenir.
La célébration d’une nation unique était représentée par une nuée d’hommes et de femmes vêtus de couleurs blanches, lampion en main, qui ont convergé vers l’île Maurice. Une magnifique carte illuminée de l’île et suffisamment grande pour accueillir tout le monde était dessinée autour du plan d’eau. Entre-temps, une voix racontait leur histoire.
Une fois l’arrivée célébrée en blanc immaculé, d’autres couleurs ont fait leur apparition, avec d’abord des expressions corporelles au son de la ravanne, puis, avec ceux qui ont commencé à bâtir le pays, légèrement éclairés.
Au niveau visuel, le public a eu droit à une mise en scène d’agriculteurs, d’ouvriers et de pêcheurs en action. Petit à petit, les couleurs devenaient plus vives. L’interculturalité à laquelle nous aspirons tous désormais est traduite par la fusion des genres au niveau musical : un séga chanté sur une musique classique indienne ou en opéra par la soprane mauricienne Véronique Zuël-Bungaroo. Le Mauricien aura aussi reconnu la reprise en fusion de la chanson La Rivière Tanier.
Jeux de lumière, feux d’artifice, danse de l’éventail sur une musique chinoise, ballet sur un extrait du Lac des Cygnes, séga rodriguais, musique et danse indiennes, slam, démonstration de course et boxe pour célébrer les champions mauriciens Éric Milazar et Bruno Julie, présence des enfants en uniforme qui accourent au son de la cloche matinale pour rappeler la contribution de l’éducation gratuite au développement du pays… bref, le concepteur a tenté de montrer un concentré de la construction de la nation. Une initiative qui a certainement conquis ceux présents au stade Anjalay Coopen à Belle-Vue hier.
Le spectacle a pris fin avec le retour d’une nuée de Mauriciens sur la grande scène aux couleurs du quadricolore célébrant sa réussite et vivant dans la joie et l’harmonie suivi d’un magnifique spectacle de feu d’artifice.