Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, s’est adressé à l’India-Africa Economic Forum, qui s’est tenu hier à Delhi. À cette occasion, il s’est dit « très touché » par l’intérêt exprimé par les entreprises indiennes pour le développement des zones économiques spéciales en Afrique en partenariat avec Maurice.
Dans son intervention, le Premier ministre a souligné les liens spéciaux qui lient l’Inde à Maurice. « Our relations are unique, multifaceted, historical and cultural »,a dit le Premier ministre. Ce dernier est revenu sur les points clés mentionnés dans son Economic Mission Statement en vue d’accomplir le deuxième miracle économique. Il a cité notamment l’augmentation de la connectivité dans la région de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe afin de faire de Maurice un “aviation hub” et la création d’un corridor aérien entre l’Afrique et l’Asie; le développement du potentiel de l’économie océanique; le développement d’une stratégie en Afrique en vue de devenir un pont entre ce continent et l’Asie en se prévalant de l’appartenance de Maurice au Comesa, à la SADC et à la Commission de l’océan Indien, et en offrant des facilités hors taxe et sans quota pour les produits manufacturés à Maurice afin d’encourager les compagnies à utiliser notre pays comme base compétitive pour faire des affaires en Afrique et, finalement, « to take our economic relations with Africa to the next level by developing special economic zones in our partner African countries with a view to enlarging the economic space of Mauritius, and the African continent as a whole ».
Sir Anerood Jugnauth a affirmé qu’une série de mesures concrètes ont été prises pour transformer Maurice en un « regional investment and business hub ». De plus, un « Africa Centre of Excellence » a été créé sous les auspices du BOI pour faciliter les investissements vers l’Afrique.
Le Premier ministre a aussi estimé que le sommet Inde-Afrique démontre la détermination des deux continents « de s’embarquer dans la voie de la prospérité et de la paix ». Et de souligner le rôle de l’Inde dans la promotion des relations Sud-Sud en rappelant que la Grande Péninsule a investi quelque USD 57 milliards dans les secteurs des télécommunications, de l’informatique, de l’énergie et de l’automobile, entre autres.