La Tourism Authority a intimé l’hôtel Indian Resorts du groupe Apavou de ne pas opérer les 60 chambres additionnelles récemment construites, a déclaré mardi le ministre du Tourisme Michaël Sik Yuen en réponse à une interpellation de la députée Josique Radegonde.
« The Tourism Authority has on the 24th October 2011 intimated to the promoter to refrain from operating the 60 additional rooms, commonly known as the Mornea Extension Project and commercialized as Marmara, and the restaurant, to which the promoter has agreed », a annoncé mardi le ministre du Tourisme. La députée de Savanne / Rivière-Noire, Josique Radegonde a demandé à Michael Sik Yuen si « in regard to the hotel extension projects carried out by Apavou Group over the past two years, he will, for the benefit of the House, obtain from the Mauritius Tourism Promotion Authority, information as to if same comply with the norms, standards and requirements of the existing hotel development policy of Government ? »
Le ministre a confirmé que le groupe Apavou avait soumis une demande pour des travaux d’extension au Indian Resorts Hotel. Une demande a été faite pour une EIA Licence en juillet 2009 en vue de la construction d’un hôtel de 52 chambres. Le ministère du Tourisme a rejeté cette demande qui n’était pas conforme à la politique touristique consistant à positionner Maurice comme un « up-market destination ».
Par la suite, les promoteurs ont revu leur plan et décidé de construire un hôtel de 42 suites. Une EIA Licence a été accordée le 28 juillet 2010 à Apavou Immobilier Ltd. Cependant, les inspecteurs du ministère de l’Environnement ont indiqué que le projet n’était pas conforme aux critères définis en vue d’obtenir une EIA Licence.
« I am further informed that in July 2010, my Ministry informed the promoter that one of the conditions for the issue and renewal of the Tourist Enterprise Licence in respect of that hotel would be subject to strict compliance with commitments taken for the overall upgrading of the project. I understand that part of the upgrading works which were initially scheduled for completion in October 2011 have now been postponed to December 2011 », a dit le ministre.
La Tourism Authority a constaté plusieurs failles à l’hôtel Indian Resorts, dont l’absence de caméras de surveillance et l’opération des chambres sans licence commerciale et l’état de l’établissement.
À la suite des inspections effectuées les 25 et 26 octobre par la Tourism Authority conjointement avec les services des pompes, la police et les inspecteurs sanitaires, une série de contraventions ont été servies à l’hôtel Indian Resorts.
Le groupe Apavou a fait l’objet d’une autre interpellation de Josique Radegonde adressée cette fois au ministre de l’Agro-industrie Satish Faugoo. La députée voulait connaître les conditions attachées à un bail octroyé par le gouvernement au groupe hôtelier pour démarrer son projet.
Satish Faugoo a confirmé que le groupe Apavou est détenteur d’un permis industriel pour la réalisation d’un projet de développement hôtelier à Pointe Sud-Ouest, Morne Brabant. Parmi les conditions du bail figurent : « (i) that the lessee contributes in the creation/improvement of the 10 m wide public road, and (ii) participates in the improvement of the two public beaches adjoining the site leased. »
Le groupe Apavou n’a à ce jour rempli aucune de ces obligations, et ce malgré les consultations et les réunions avec les promoteurs de la Beach Authority et du ministère du Tourisme. Ce dernier lui a d’ailleurs demandé de soumettre un programme de travail concernant la réhabilitation des plages, mais sans succès. À la suite des questions de Josique Radegonde, Satish Faugoo a indiqué que des sanctions seront prises contre le groupe Apavou s’il ne remplit pas les conditions sociales. À une question de Rajesh Bhagwan qui voulait savoir s’il était au courant que le groupe Apavou se propose de vendre ses intêrets, le ministre a répondu la négative.