Les compagnies aériennes des pays membres de la Commission de l’océan Indien (COI) signeront, le 18 juin prochain à Antananarivo, un accord de coopération créant l’Alliance Vanille. Cette initiative a été considérée par le conseil des ministres de la COI comme « une avancée historique » en faveur de la connectivité aérienne ainsi que du rôle déterminant joué par l’organisation régionale.
L’accord de coopération portant sur la création de l’Alliance Vanille améliorera significativement et concrètement la desserte aérienne entre les pays de l’Indianocéanie. Air Austral, Air Madagascar, Air Mauritius, Air Seychelles et le ministère des Transports de l’Union des Comores, jusqu’à la nomination d’un transporteur du pays, s’engagent à défendre ensemble leurs intérêts communs et à accroître la connectivité interîles tout en veillant à préserver l’attractivité des tarifs pour les passagers. Cette initiative participe activement à l’amélioration globale de la compétitivité régionale par le renforcement de l’offre touristique, le développement du trafic, la facilitation des affaires et l’accroissement des échanges commerciaux.
Pour Marie-Joseph Malé, président-directeur-général d’Air Austral et président du comité des compagnies aériennes de la COI, le dialogue régional qui s’est installé grâce à l’impulsion de la COI « marque un tournant majeur pour le transport aérien régional ».
En parallèle, les autorités responsables de l’aviation civile de l’Indianocéanie, réunies au sein du comité des aviations civiles de la COI, travaillent sur la possibilité de mettre en place un cadre régulateur partagé ainsi que sur le renforcement des capacités des administrations, notamment en matière de formation et de sûreté. Ce comité est présidé par le directeur général de l’aviation civile de Madagascar.
La création annoncée de l’Alliance Vanille est le résultat des efforts de sensibilisation et de mobilisation de la COI commencés en mai 2013 avec un symposium international sur le transport aérien en Indianocéanie. Dans son sillage, la COI a publié en janvier 2014 un plaidoyer, Les ailes de l’Indianocéanie, faisant la démonstration de la plus-value mesurable et durable d’une approche concertée du transport aérien.