La création prochaine d’une alliance des compagnies aériennes de l’indianocéanie, l’installation de centres à Madagascar et aux Seychelles dédiés à la sécurité maritime, ou encore la création à Madagascar d’une unité de coordination des projets de sécurité alimentaire figurent parmi les principales décisions prises par le 30e Conseil de la Commission de l’océan Indien (COI). Quelque 40 sujets couvrant un large éventail de secteurs ont été soumis à l’examen du conseil des ministres du COI par le secrétaire général Jean-Claude de l’Estrac.
Le COI s’est félicité des avancées concrètes sur le front de la desserte aérienne et maritime, et de la connectivité numérique. Il a salué en particulier l’annonce, pour le 18 juin, de la signature à Madagascar d’un accord historique créant une alliance des transporteurs aériens de l’Indianocéanie baptisée Alliance Vanille. Elle aura pour objectif d’améliorer concrètement la desserte aérienne inter-îles. Concernant les questions maritimes et numériques, le Conseil a pris bonne note des études en cours visant à élaborer des programmes régionaux d’infrastructures qui seront proposés à l’Union européenne (UE) pour financement sous le 11e Fonds européen de développement (FED).
D’autre part, le conseil des ministres a entériné l’installation, respectivement à Madagascar et aux Seychelles, d’un centre de fusion d’information maritime et d’un centre de coordination opérationnelle de l’action de l’État en mer. Cette décision participe ainsi à la sécurisation des espaces maritimes de l’océan Indien occidental ainsi qu’à la mise en oeuvre effective de la stratégie maritime intégrée de l’Union africaine. Les États ont également décidé de réactiver la coopération en matière de lutte contre la délinquance transnationale et le terrorisme. Une plateforme commune des services compétents de la région se réunira dans les prochains mois.
Dans la continuité de la conférence des bailleurs sur la sécurité alimentaire en Indianocéanie de février 2015, le conseil des ministres de la COI a avalisé la stratégie visant à traduire dans les faits le potentiel de Madagascar en tant que « grenier de l’océan Indien ». Il a notamment été décidé d’implanter une unité de contact et de coordination dans la Grande Ile en vue d’optimiser l’appui des bailleurs à cette stratégie.
Le conseil des ministres a approuvé une Déclaration commune COI/UE en vue de la conférence Paris-Climat 2015 (COP 21). Celle-ci reflète la convergence de vues existante entre les pays de la COI et l’UE dans la perspective de la création d’un nouveau cadre de régulation internationale en matière d’émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit également de réitérer la nécessité de parvenir à un accord prenant en compte les aspirations légitimes des Petits États insulaires en développement (PEID) à l’industrialisation et au développement dans l’esprit des recommandations de la Conférence de Samoa de septembre 2014.
Le conseil s’est aussi félicité de la consolidation de la démocratie dans la région avec le retour de la normalité constitutionnelle à Madagascar. Il a pris bonne note de l’intérêt de l’UE à soutenir un programme régional « Paix et stabilité » sous le 11e FED permettant et qu’il incombait à la COI de remplir pleinement sa mission politique en faveur de la bonne gouvernance et du renforcement continu des institutions démocratiques.