Le nombre de personnes en emploi à Maurice a augmenté d’environ 14 000 l’année dernière pour passer à 525 700, alors que celui des chômeurs a grimpé de 900, pour atteindre 45 500, soit un taux de chômage de 8%, niveau inchangé comparativement à 2012. C’est ce qu’indique le dernier relevé annuel rendu public hier par Statistics Mauritius, relevé basé sur les données recueillies dans le cadre du “Continuous Multi Purpose Household Survey”. Selon Statistics Mauritius, le secteur tertiaire (services) est la principale source d’emplois pour les Mauriciens, alors que chez les sans-emploi, une baisse du taux du chômage (de 12,7% à 12,2%) a été notée chez les femmes.  
Le document, de quelque 30 pages, publié par Statistics Mauritius, fait état d’une progression de la main-d’oeuvre active (labour force) du pays, celle-ci grimpant à 571 200 (+ 14 000), les hommes étant largement plus nombreux (350 400) que les femmes (220 800). Au niveau des emplois également, une domination masculine est notée : 331 800, contre 193 900. « Out of every 100 persons in the workforce , 63 are men », observe Statistics Mauritius qui, toutefois, fait ressortir que sur les 14 000 emplois additionnels de 2013, la grosse majorité est allée aux femmes (+ 11 000). L’enquête nationale a également démontré que la main-d’oeuvre locale était en grande partie constituée de personnes mariées (66,5%) alors que les célibataires constituaient 25,5% du total. Le reste était composé de veuf et veuves, personnes divorcées ou séparées.
Près de huit personnes en emploi sur dix étaient des salariés, indique Statistics Mauritius, alors que celles travaillant pour leur compte personnel (ou en tant qu’employeurs) représentaient 18,7%. Les 2,2% restants représentaient les « contributing family workers». Le nombre moyen d’heures de travail par semaine se situe à 38,8, l’employeur affichant 41,7 heures contre 39,6 heures pour un employé et 34,6 heures pour la personnes travaillant pour son compte personnel. Les revenus moyens mensuels (salaires et autres revenus provenant de certaines activités économiques) se montent à Rs 16 200 avec une répartition suivante : Rs 25 600 pour un employeur, Rs 16 700 pour un employé et Rs 11 000 pour celui opérant pour son propre compte.  
Le secteur tertiaire (commerce, hôtellerie/restauration, transport, stockage, services financiers, entre autres) est de loin le plus employeur du pays, avec 66% du total des emplois, comparativement à 27% pour le secteur secondaire (industrie manufacturière, production d’électricité, fourniture d’eau, construction, gestion des déchets, etc) et 7% pour le secteur primaire (exploitation agricole, pêche, plus particulièrement). Le secteur tertiaire paie mieux, les revenus moyens se situant à Rs 18 600, contre Rs 12 400 pour le secondaire et Rs 8 900 pour le
primaire. L’enquête de Statistics Mauritius fait voir, par ailleurs, qu’environ 24% de la main-d’oeuvre étaient, en 2013, affectés à des postes les plus élevés (directeurs exécutifs, hauts officiels, légistes, professionnels et techniciens). Ceux concernés par le travail agricole, la pêche, l’opération des machines industrielles, l’assemblage, l’artisanat et le commerce constituaient 31,9% de la main-d’oeuvre. « Workers engaged in higher occupational groups earned the highest income », fait ressortir Statistics Mauritius, leurs revenus moyens s’élevant à Rs 30 700 par rapport à Rs 15 700 pour ceux faisant du travail clerical et Rs 8 200 pour les salariés engagés dans des activités élémentaires.
Passant en revue la situation du chômage, le rapport de Statistics Mauritius indique que les femmes représentaient environ 59% des sans-emploi (26 900, contre 18 600 hommes) mais que le taux de chômage chez le sexe féminin a diminué, passant de 12,7% à 12,2%, alors que chez les hommes, une très légère hausse a été enregistrée (de 5,2% à 5,3%). Le taux de chômage chez les jeunes reste élevé, à 31,8% (ceux âgés de moins de 20 ans), et un chômeur sur deux était marié.
S’agissant des qualifications, les données officielles font voir qu’environ 58% des sans-emploi ne possédaient pas le Cambridge School Certificate mais on constate également que ceux qui ont fait des études tertiaires étaient au nombre de 9 200 et représentaient 20% du total des personnes au chômage. « Unemployed woment were generally more qualified than their male counterparts », remarque Statistics Mauritius. Il a été aussi constaté que les femmes restent plus longtemps au chômage que les hommes, avec une moyenne de 14,8 mois, contre 9,4 mois du côté masculin. Un peu plus de 50% des chômeurs préfèrent écrire à des employeurs potentiels en vue de se faire embaucher.
Faisant le bilan des dix dernières années, Statistics Mauritius observe que le taux de chômage est passé de 8,4% en 2004 à 9,6% en 2005 avant de prendre une courbe descendante pour ensuite remonter à 7,3% en 2009 puis à 8% en 2012, niveau où il s’est stabilisé en 2013.