La roupie s’est légèrement appréciée le mois dernier vis-à-vis d’un panier de devises représentatif des échanges commerciaux et des revenus touristiques. C’est ce qu’indique le dernier Mauritius Exchange Rate Index (MERI), indice publié par la Banque de Maurice à partir de données fournies par le service d’analyse des marchés financiers de la Banque centrale.
Selon la Banque centrale, le MERI-1, qui est basé sur la répartition des devises en lesquelles les échanges commerciaux sont libellés, est passé de 91,247 points en juillet à 90,941 points en août 2011, baisse qui traduit une appréciation de la roupie. Le MERI-2, qui tient compte de la « currency distribution » de nos échanges commerciaux aussi bien que des revenus touristiques, s’est aussi replié : de 91,298 points à 90,982 points.
Les données publiées par les autorités bancaires indiquent que de janvier à mai 2011, la roupie n’avait cessé de s’apprécier. La tendance a été renversée le mois suivant et s’était maintenue en juillet 2011.
Pour ce qui est de l’évolution du taux de change depuis le début de ce mois, on remarque que la roupie a cédé le pas vis-à-vis du dollar américain, passant de Rs 28.6227 le 1er septembre à Rs 29.0994 hier (taux indicatif moyen publié par la BoM). En revanche, elle s’est appréciée contre l’euro, s’établissant à Rs 40.3467 au 16 septembre par rapport à Rs 41.1435. Il faut cependant signaler que l’euro était tombé sous la barre des Rs 40 au début de cette semaine dans un climat d’incertitude poussée au niveau de la zone euro. La monnaie unique européenne a pu remonter la pente un peu vite, les marchés européens étant réconfortés par les actions concertées des banques centrales pour soutenir les banques commerciales à faire face à leurs engagements.
La première quinzaine de septembre a de plus été marquée par le renchérissement de la roupie vis-à-vis de la livre sterling, du franc suisse et du rand sud-africain. Par contre, notre monnaie a cédé plus de 60 sous face au yen japonais, étant coté hier à Rs 38.08.
Lors d’une rencontre du Banking Committee, tenue hier après-midi et présidée par le gouverneur de la BoM Manou Bheenick, les officiels de la Banque centrale et les chief executives des banques commerciales ont discuté, entre autres, de la question du classement de Maurice relatif au différentiel de taux d’intérêt (interest rate spread) publié par le World Economic Forum (WEF) dans le Rapport global sur la compétitivité pour 2011-2012. Les deux parties ont noté que le différentiel (entre le taux d’intérêt à l’emprunt et celui à l’épargne) attribué à Maurice par le WEF, soit 10,9 %, est loin de la réalité.
Il a été constaté, à partir des données publiées par la Banque centrale dans son bulletin mensuel, que le différentiel entre le taux moyen à l’épargne et celui à l’emprunt était de 5,34 % en juin 2011 et qu’il y avait une baisse par rapport au niveau de juin 2010 (5,49 %). La BoM et les banques commerciales ont convenu d’instituer un comité de travail technique (Technical Working Group), constitué d’officiels des deux parties, pour se pencher sur la méthodologie et les sources de données utilisées par le WEF pour son évaluation. La BoM et la Mauritius Bankers Association annoncent dans un communiqué que le comité technique produira un rapport détaillé sur la question et fera des recommandations appropriées sur la voie à suivre.