Les principaux paramètres économiques maintiennent le cap sur la tendance baissière pour le premier semestre de cette année. En l’absence de tout redressement conséquent dans les principaux secteurs de l’économie, Statistics Mauritius a dû emboîter le pas à la Mauritius Commercial Bank et à la Banque de Maurice en procédant à une révision à la baisse du taux de croissance à 3,3% pour cette année. Toutefois, le paramètre économique, susceptible de susciter les plus graves appréhensions concerne le taux de chômage. A la fin de mars dernier, la barre des 50 000, soit exactement 52 500 chômeurs, avait été franchie. A ces facteurs est venue se greffer une baisse substantielle du baromètre de confiance du monde des affaires établi par la Chambre de Commerce et d’Industrie. Au cours de ce deuxième trimestre, cet indice est descendu à son deuxième point le plus bas, 87,5 points, depuis janvier 2010.
Avec un taux de chômage brut de 8,7% à la fin de mars dernier, la tendance à la hausse pour 2013 se confirme de plus en plus. Dans son analyse des chiffres du chômage pour le premier trimestre, marqué par l’entrée sur le marché du travail des school leavers, Statistics Mauritius note que «the unemployment rate increased by 0,7 percentage point to 8,7% from the first quarter 2012 to first quarter 2013. Male and female unemployment rate increased by 0,5 and 0,8 percentage points respectively».
Au cours de ce même trimestre, le nombre d’emplois créés a chuté de 6 900, dont 5 600 hommes. Avec un tel phénomène, il est évident que la progression du chômage parmi les hommes est plus évidente, soit 0,9 % contre 0,1 % pour les femmes. Statistics Mauritius avance également que «seasonally adjusted unemployment rate for the first quarter of 2013 was 8,1% higher than the rate for first quarter of 2012 and lower than the rate of 8,6% for the fourth quarter of 2012».
La répartition officielle des 52 500 demandeurs d’emploi s’établit comme suit :