Les investissements directs étrangers durant le deuxième trimestre de cette année ont tourné autour de Rs 2 milliards, selon les indications obtenues du Board of Investment. Ce qui porte les investissements autour de Rs 3,6 milliards pour le premier semestre.
Les investissements étrangers durant le premier trimestre se sont élevés à Rs 1,6 milliard, ce qui représente, selon Ken Poonoosamy, directeur général du BOI, une croissance de 15 % par rapport à la même période l’année dernière. « Ceci est dû principalement aux nouveaux projets d’investissement », souligne-t-il dans la dernière édition de la Newsletter du Board of Investment. « Cette augmentation provient des pays en développement et représente les entrées de fonds dans le sillage des efforts soutenus pour attirer des investissements en provenance de l’Asie du Sud et de l’Asie de l’Est ». Les secteurs les plus porteurs sont la construction, les activités financières, les assurances et les activités immobilières (IRS, RES).
Les secteurs de l’hospitalité et du développement immobilier demeurent les principaux contributeurs des investissements directs étrangers avec une contribution de Rs 1,3 milliard. Le secteur de la construction a affiché une reprise significative avec une contribution de 31 % du montant total d’IDE, soit quelque Rs 500 M.
Les principales sources d’investissements sont la France, l’Afrique du Sud, la Chine, le Royaume Uni et les États-Unis.
Commentant l’organisation de la conférence autour du thème « L’île Maurice, votre passeport d’affaires pour l’Afrique », organisée le 14 juin dernier à la Royal Overseas League à Londres, M. Poonoosamy a observé que cette conférence a reçu le soutien inconditionnel du gouvernement britannique. « Cet événement a une excellente occasion pour nous de présenter le potentiel énorme de l’île Maurice comme une plate-forme sûre et compétitive pour le réinvestissement en Afrique. Le BOI a certainement créé un forum unique pour fournir des informations stratégiques à des groupes d’investisseurs de premier plan quant à la façon dont ils peuvent tirer partie de notre plateforme bien réglementée ».
S’agissant de la question de l’escroquerie sur la délivrance de permis de séjour à des étrangers, qui fait l’objet d’une enquête policière, Ken Poonoosamy a affirmé que « dans cette affaire nous nous sommes engagés à collaborer pleinement avec les autorités ». Il soutient que le BOI opère conformément à des procédures clairement établies pour le traitement de toutes les demandes de permis qui sont présentées. Les procédures sont connues de tous, dit-il, insistant que le fait que toutes les prestations, conseils et autres services de facilitation offerts par le BOI sont gratuits.