Maurice a conservé sa première place dans l’indice de liberté économique 2016 que vient de publier le think tank américain Heritage Foundation et le Wall Street Journal. Au niveau mondial, Maurice se retrouve 15e sur un total de 178 pays mais a cédé cinq places par rapport à son dernier classement.
Publié depuis 1995, l’indice mesure la liberté économique selon divers critères dont la liberté d’entreprendre, le degré d’ouverture aux échanges commerciaux et flux financiers globaux, la protection des droits de propriété, la taille de l’État, la politique budgétaire et monétaire et la lutte contre la corruption. Pour l’édition 2016 (qui porte sur des données recueillies pendant la période mi-2014/mi-2015), 178 pays sont étudiés et classés en cinq grandes catégories : « libres » (80-100 points), « plutôt libres » (70-79,9 points), « modérément libres » (score 60-69,9 points), « plutôt pas libres » (50-59,9 points) et « réprimant la liberté » (40-49,9 points).
Aucun pays africain ne se trouve dans la catégorie « libres » mais deux pays du continent se positionnent dans la catégorie « plutôt libres ». Ce sont : Maurice qui, avec un score de 74,7 points, occupe la première position à l’échelle africaine et la 15e au plan global, et le Botswana (30e au niveau mondial et 2e en Afrique avec un score de 71,1 points). Dans le précédent classement, Maurice occupait la dixième place qui a été conquise par le Royaume Uni. Cependant, on constate que Maurice devance des pays industrialisés comme l’Allemagne et le Japon. Elle précède, par ailleurs, des pays généralement bien cotés tels le Luxembourg, la Suède, la Corée du Sud, la Malaisie et la Norvège,
Au niveau continental, Maurice et le Botswana sont loin devant le Cap Vert (57e au plan mondial), le Rwanda (71e), le Ghana (72e), les Seychelles (76e), l’Afrique du Sud (80e), la Namibie (81e), le Maroc (85e) et la Côte d’Ivoire (92e). Ces huit pays africains se trouvent dans la catégorie « modérément libres ». Le nouvel indice fait voir que, parmi les pays étudiés, 31 pays africains se trouvent dans la catégorie plutôt « pas libres », dont le Kenya, la Tunisie et la Tanzanie. De plus, huit pays du continent se situent dans la catégorie des pays réprimant la liberté économique, dont l’Angola, le Tchad et le Zimbabwe.
Au plan mondial, c’est Hong Kong qui se retrouve en tête du classement avec un score de 88,6 points, devançant Singapour (87,6 pts), la Nouvelle-Zélande (81,6), la Suisse (81), l’Australie (80,3), le Canada (78), le Chili (77,7), l’Irlande (77,3), l’Estonie (77,2) et le Royaume-Uni (76,4).
L’étude en question constate que la liberté économique s’est accrue « en dépit d’un contexte de difficultés non seulement économiques, mais aussi politiques et de défis tels que celui de la sécurité ». Des progrès sont enregistrés dans 97 pays alors que 74 subissent un déclin. Le rapport de Heritage Foundation/Wall Street Journal souligne que les pays catégorisés « libres » ou « plutôt libres » jouissent de revenus d’au moins deux fois plus élevés que la moyenne dans les autres pays et d’environ quatre fois supérieurs à ceux des pays qui répriment la liberté économique.
« Nations with higher degrees of economic freedom prosper because they capitalize more fully on the ability of the free-market system to generate and reinforce dynamic growth through efficient resource allocation, value creation, and innovation », soulignent les auteurs de l’étude.