Dans son dernier Indice de Confiance des Consommateurs mauriciens rendu public cette semaine, KANTAR TNS révèle que le moral des ménages est au plus bas depuis les élections de 2014. La perception des consommateurs mauriciens par rapport à l’économie et à la consommation traduit une inquiétude grandissante.
Le moral des consommateurs mauriciens a enregistré une baisse significative au deuxième trimestre de 2017, comparé au premier trimestre. C’est ce que révèle le dernier Indice de Confiance des Consommateurs mauriciens, rendu public cette semaine, et réalisé par KANTAR TNS, groupe spécialisé dans la recherche du marché à travers le monde. L’indice de confiance du second trimestre de 2017 a diminué par rapport au premier trimestre, passant de 74.4 à 71.2. Toutefois, précise KANTAR TNS, les éléments de cet indice de confiance n’ont pas les mêmes performances.
Ainsi, 45% des Mauriciens sondés estiment que la situation actuelle et future de l’économie mauricienne est « plutôt mauvaise ». Les Mauriciens sont d’avis que les perspectives d’emplois continuent à se détériorer, tandis que presqu’une personne sur trois anticipe une baisse de revenus. En outre, l’indice relève que le contexte de consommation s’est détérioré significativement. Une analyse par profil   sociodémographique montre que seule la catégorie socioprofessionnelle aisée a enregistré une hausse dans ce secteur. La classe ouvrière, ceux âgés d’environ 44 ans et les habitants des régions urbaines ont exprimé, eux, une baisse de confiance relativement plus importante.
La perception négative de la situation économique continue de s’amplifier parmi les Mauriciens. « Le nombre de pessimistes dépasse largement le nombre d’optimistes », constate KANTAR TNS. Une baisse significative du pourcentage de ceux qui ont une perception positive du pays est notée, notamment parmi les plus de 30 ans. Les prévisions de la situation économique future de Maurice par les consommateurs montrent d’une part une baisse significative du nombre d’optimistes, et ce, surtout chez les 30 à 44 ans, les habitants des régions urbaines et la catégorie professionnelle moyenne. Parallèlement, la perception des perspectives d’emploi continue à se détériorer globalement. En effet, presque la moitié des répondants sont de plus en plus pessimistes quant aux opportunités futures d’emploi.
Incertitudes quant aux revenus
Concernant les perspectives de revenus dans les six prochains mois, généralement, au deuxième trimestre, une tendance à la hausse d’une augmentation des revenus est notée. Toutefois pour 2017, ce trimestre se démarque par l’incertitude et la baisse de ceux qui n’anticipent aucun changement de revenus. « Cette tendance est visible pour tout âge avec une démarcation plus nette parmi les 30 à 44 ans »,  précise le document.
Dans son analyse de la perception du contexte de consommation, KANTAR TNS révèle que l’indice reflétant le contexte de consommation, favorable ou pas à l’achat de biens de consommation durable, a enregistré une baisse significative. « Le pourcentage d’optimistes est plus bas qu’à la même période en 2016. Parallèlement, l’incertitude augmente quant à la possibilité d’investissement », a constaté KANTAR TNS.
Rappelons que le calcul de l’indice de confiance est basé sur une méthode mise en place par KANTAR TNS au niveau mondial. Il prend en compte la perception de la situation économique actuelle et future, la perception de l’évolution du marché de l’emploi et des revenus du consommateur. Il est également influencé par le contexte de consommation — perçu comme favorable ou pas.