Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ashit Gungah, a souligné ce matin la nécessité de dégager des stratégies et des actions concrètes pour le développement d’une industrie de recyclage à Maurice. Il prenait la parole à l’ouverture d’une cérémonie consacrée à l’Industrial Waste Characterisation Project, qui est mis en oeuvre avec l’assistance de la United Nations Industrial Development Organisation (UNIDO), en partenariat avec la Partnership for Action on Green Economy (PAGE) Initiative.
Le projet englobe 25 entreprises dans le secteur manufacturier, ainsi que des officiers de la fonction publique. Le projet vise des entreprises engagées dans le textile, l’agro-industrie, les fruits de mer, les produits chimiques et les secteurs de l’imprimerie.
Le but de ce projet est de développer une équipe d’expertises en matière de gestion des déchets industriels. Le Dr Simonetta Tunesi agit comme consultant pour le compte de l’UNIDO, alors que le Dr Surroop agit comme consultant du gouvernement.
Le ministre Gungah a souligné que le volume de déchets industriels sera inexorablement en hausse avec le développement industriel. « Nous avons donc intérêt à dégager des stratégies et des actions concrètes pour accélérer le développement de l’industrie du recyclage », a-t-il souligné.
Ashit Gungah a observé que l’Industrial Waste Characterisation Project est en ligne avec la vision du gouvernement de promouvoir une île Maurice verte et durable. « Ce projet, qui s’insère dans cette logique, doit être le début d’un cheminement qui sera bénéfique pour nos entreprises et le pays en général. Nous devons continuer à travailler dans cette direction afin que nous ayons un secteur qui puisse rivaliser avec ses compétiteurs dans le domaine de la production durable », a-t-il dit.
Le recyclage des déchets, l’utilisation des matières recyclées, entre autres, permettent de réduire les coûts de production et contribuent à réduire l’impact négatif sur l’environnement ainsi qu’à promouvoir des effets sociaux positifs. « Nous avons le devoir de laisser un monde, et une île Maurice, où il fait bon vivre pour les prochaines générations. Nous sommes conscients que le développement infrastructurel, industriel et économique de notre pays est important, mais cela ne suffira pas si on construit une île prospère sans prendre en considération les effets sur notre environnement. Nous devons avoir une vision afin que nous puissions créer cet équilibre entre le développement économique et la protection de l’environnement », a observé le ministre.
Ashit Gungah a aussi fait mention du programme de symbiose industrielle étalé sur trois ans sous le « SWITCH Africa Green Programme », sur lequel travaille le ministère de l’Environnement conjointement avec le ministère du Commerce et de l’Industrie.