La Bioethanol Distillery, nouvelle ligne d’activité du groupe cannier Omnicane, ayant nécessité des investissements de Rs 1 milliard, située à La Baraque sur une superficie d’une dizaine d’arpents, sera inaugurée mardi après-midi par le Premier ministre, Navin Ramgoolam. Ce développement vient compléter le programme de transformation de ce groupe sucrier, présent non seulement à Maurice, mais aussi en Afrique et également en Europe. Il n’est pas à écarter que lors de son intervention, le Chief Guest à cet événement soit appelé à donner une indication officielle sur la politique de mélange de l’éthanol avec le carburant. En effet, la décision en vue de produire de l’E5, soit 5% d’éthanol et 95% de carburant, une des conditions des mesures d’accompagnement de l’Union européenne dans le cadre de la réforme de l’industrie sucrière, est encore en suspens à l’hôtel du gouvernement.
Ommicane Ethanol Production Limited à La Barque a été relancé suite aux difficultés rencontrées par Alcodis Ltd, qui devait démarrer ses opérations sur la propriété de Rose-Belle depuis 2003. Le groupe Ommicane s’est associée aux promoteurs d’Alcodis Ltd, notamment l’homme d’affaires Roland Maurel, le partenaire étranger de celui-ci, Alco, et le Cane Democratisation Fund, pour la construction de la nouvelle distillerie à partir de novembre 2012.
Les travaux ayant pris fin en janvier dernier, la production d’éthanol à La Baraque a commencé depuis avril. La capacité de production est de quelque 80 000 litres de bioéthanol par jour, soit 24 millions de litres annuellement. La matière première utilisée provient de la sucrerie d’Omnicane de La Barque et d’autres partenaires de l’industrie. En attendant l’adoption d’une Ethanol Blending Policy, la production d’éthanol distillé par Omnicane est destinée à l’exportation en Europe et également à La Réunion.
La première cargaison d’éthanol à l’exportation est prévue le mois prochain. À cet effet, Omnicane prévoit l’exploitation d’un camion-citerne de 30 000 litres pour le transfert d’éthanol aux trois cuves d’une capacité de totale de 45 000 litres installées dans l’enceinte portuaire.
Dans l’éventualité d’une décision sur le blending de l’E5, Ommicane Ethanol Production Limited devra produire quelque huit millions de litres d’éthanol à partir de 32 000 tonnes de mélasse et si la formule brésilienne d’E25 — soit 25% d’éthanol et 75% de carburant — est favorisée, le marché sera de 40 millions de litres annuellement avec une consommation de 160 000 tonnes de mélasse. Dans ce dernier cas de figure, l’industrie cannière devra privilégier la conversion du jus de cannes directement en éthanol, comme c’est le cas au Brésil où la moitié de production de cannes est consacrée à la production de sucre et l’autre moitié destinée à l’éthanol.
La distillerie d’éthanol d’Omnicane, qui est dirigée par Jean-Pierre Rouillard, General Manager, emploie une cinquantaine de personnes. Ce groupe opère une usine, dotée d’une capacité de broyage de 400 tonnes de cannes à l’heure, soit 1,5 million de tonnes annuellement. Les quelque 150 000 tonnes de sucre roux produits sont transformés en sucre blanc par la raffinerie, dont la capacité est de 240 000 tonnes annuellement. Par ailleurs, Omnicane a exporté 763 GWh sur le réseau national à travers le Central Electricity Board en 2013.