Les négociations entre les syndicats représentants les employés agricoles et non-agricoles et les membres de la Mauritius Sugar producers Association (MSPA) se sont poursuivies hier. Lors de cette rencontre, les membres de la MSPA ont d’abord donné des informations concernant les travailleurs saisonniers, qui sont employés pendant la période de coupe.
« Nous avons mis ces informations dans leur contexte », a expliqué Jean Li, directeur de la MSPA. « L’emploi de la main-d’oeuvre saisonnière est régi par la loi et les membres de la MSPA soumettent un “return” au ministère du Travail annuellement. D’après cette loi, les compagnies sucrières sont autorisées à faire appel à la main d’oeuvre saisonnière en se basant sur un pourcentage (20 %) du nombre de journées de travail (man days) – utilisé pendant toute l’année 2001. L’industrie comptait à cette époque quelque 21 000 employés agricoles et non-agricoles, représentant ainsi un total d’environ 6 millions de man days pour l’année 2001 », a-t-il ajouté.
« De plus, toute activité agricole est, par définition, une activité saisonnière. Pour le secteur cannier, il est donc naturel qu’il y ait, en temps de coupe, nécessité pour plus de main-d’oeuvre. D’ailleurs, ce système se pratique chez tous nos compétiteurs, en Europe, en Amérique et chez nos voisins en Afrique. Nous devons adopter les mêmes mesures opérationnelles pour rester compétitif », a souligné, pour sa part, Jean-Arthur Lagesse, General Manager de Terragri Ltd.
Lors de la rencontre, les membres de la MSPA et les syndicalistes ont aussi échangé des informations supplémentaires sur les demandes des uns et des autres.
La prochaine rencontre est prévue dans trois semaines.