La production sucrière pour l’année 2013 est estimée à quelque 415 000 tonnes par rapport à une estimation initiale de 425 000 tonnes. Cette troisième estimation de la récolte a été établie à l’issue de la quatrième réunion du Crop Estimate Coordinating Committee tenue mercredi.
La réunion était présidée par la Chambre d’Agriculture. Le Crop Estimate Coordinating Committee regroupe la Mauritius Cane Industry Authority ainsi que le Mauritius Sugarcane Industry Research Institute, les établissements sucriers, le Sugar Insurance Fund Board, le Mauritius Sugar Syndicate, Statistics Mauritius et le ministère de l’Agro-industrie.
En ce début du mois d’octobre, plus de la moitié de la saison 2013 est écoulée. Au 28 septembre, 52,8 % des superficies avaient déjà été récoltées, quelque 2 197 888 tonnes de cannes usinées, et 230 309 tonnes de sucre produites. Selon les indications disponibles à ce jour, la récolte sucrière devrait se terminer durant la dernière semaine de décembre. Le déficit hydrique qui a prévalu sur l’île depuis le mois d’avril a donné des signes d’atténuation pour le mois d’août, durant lequel une pluviométrie proche de la moyenne à long terme a été enregistrée. Cependant ce déficit s’est renforcé pour le mois de septembre durant lequel l’on n’a enregistré que 48 % de la moyenne des pluies à long terme, maintenant un stress sur la pousse de la canne. Ainsi la productivité moyenne aux champs enregistrée pour le mois de septembre est de 75,9 tonnes de cannes à l’hectare, soit 2,7 % inférieure à celle enregistrée l’année dernière à la même période, mais identique à celle enregistrée le mois dernier. La situation est particulièrement difficile dans les secteurs du nord et du centre de l’île, où la productivité de chaque secteur se situe sous la moyenne nationale.
Par ailleurs, les conditions climatiques en termes d’ensoleillement et d’amplitude de température restent favorables à la maturation de la canne. Ainsi l’accumulation de saccharose à fin septembre a été supérieure au niveau de 2012 dans toutes les régions de l’île. Ceci se reflète dans une amélioration du taux d’extraction sur toute l’île, 10,48 % contre 10,32 % pour le mois dernier. Sur la base de ces données, l’estimation de la production sucrière de la saison 2013 a été revue à la baisse pour se situer autour de 415 000 tonnes, contre 420 000 à la dernière estimation de septembre 2013. Pour rappel, l’estimation initiale en juin 2013 était de 425 000 tonnes. La Chambre d’Agriculture assurera un suivi régulier de la situation et réunira à nouveau les parties concernées au début du mois de novembre.