Le Joint Negotiating Panel (JNP) attend la décision du comité ministériel sur le secteur sucre, qui devrait être présenté au cabinet bientôt. Ayant appris que le dossier est retourné à la Mauritius Cane Industry Authority, impliquée dans le rapport du Joint Technical Committee qu’ils ont rejeté, les syndicats composant la plateforme sont sur le pied de guerre. Ils démarrent une série de réunions le 25 septembre, qui culmineront en une mobilisation générale le 7 octobre.

Pour Ashok Subron, il est hors de question de toucher aux acquis des laboureurs et des artisans, ni de puiser des fonds publics pour subventionner l’industrie sucrière. Il rappelle que les recommandations du rapport du Joint Technical Committee ont été rejetées par le syndicat qui a déjà émis ses contre-propositions. « Il n’est pas question de toucher aux droits acquis des travailleurs comme les propriétaires sucriers et quelques fonctionnaires occultes l’ont demandé. Nous allons nous assurer que Pravind Jugnauth ne succombera pas aux délires des patrons sucriers. »

De même, ajoute-t-il, le JNP va s’assurer que le gouvernement « ne prend pas un sou de l’argent des contribuables, ni des consommateurs du CEB ou de l’essence pour subsidier le secteur cannier. » Il rappelle que suite à la mobilisation des travailleurs, suivant le rapport du Joint Technical Committee, le Premier ministre avait reçu le JNP et qu’il avait promis une nouvelle rencontre après le budget. Il dit avoir appris qu’il y a eu une réunion du comité ministériel hier et que le dossier a été transféré à un comité technique du MCIA. « Or, le problème se situe justement au niveau du MCIA qui était à la base du premier rapport excluant les laboureurs et les petits planteurs. Le MCIA est un bouledogue sans dents. Nous sommes tracassés qu’il y ait un dernier effort des patrons de l’industrie sucrière pour toucher aux droits acquis des travailleurs. »

Le JNP prépare ainsi sa riposte avec une série de mobilisations à travers l’île qui débutera le 25 septembre et se terminera par un rassemblement général au Rabita Hall, Champ-de-Mars, le 7 octobre prochain. « Nous sommes parés à toute éventualité. Si Pravind Jugnauth et Mahen Seeruttun touchent aux droits acquis des travailleurs et à l’argent public, nous descendrons dans la rue. »

Ashok Subron rappelle que le JNP a déjà soumis ses contrepropositions et qui sont notamment de produire le sucre sous le régime du “fair-trade” au lieu de « s’attaquer » aux conditions de travail. De même, il est suggéré d’utiliser l’argent des fonds environnementaux pour aider les petits planteurs à mettre sur pied des projets agri-solaires, au lieu de s’en servir pour subsidier les “Independent Power Producers”.