Une délégation comprenant des représentants du ministère du Tourisme, de l’EDB, de la MTPA et de la Mauritius Film Development Authority ainsi que des promoteurs privés se trouvent depuis hier à Cannes en vue de promouvoir l’industrie cinématographique mauricienne. L’objectif est de rencontrer des producteurs et des réalisateurs afin de présenter les facilités offertes par Maurice dans le domaine de la production cinématographique.

Jacques D’Unienville, directeur d’Omnicane, fait également partie de la délégation. Des rencontres sont prévues avec les dirigeants du Studio Babelsberg, partenaire d’Omnicane dans la création d’un studio cinématographique à Mon Trésor dans le sud du pays. Nanda Narainen, de l’EDB, profitera pour sa part de l’occasion pour présenter le plan de rabais offert aux réalisateurs de films de tout genre dans l’île. Ce plan permet un remboursement de 30% sur toutes les dépenses de production admissibles engagées par un producteur de film à l’égard de son projet à Maurice. Outre les longs-métrages, le plan de remise s’applique aussi à d’autres catégories de productions, telles les publicités, les séries, les programmes télévisés et les documentaires.

Par ailleurs, toutes les taxes recueillies sur les activités des producteurs à Maurice, à commencer par les frais d’aéroport pour les équipes cinématographiques – à savoir la TVA sur l’achat d’équipements et autres matériels cinématographiques, les taxes payées par les compagnies cinématographiques à Maurice et les impôts du personnel étranger employé par les compagnies de cinéma – seront versées dans un Film Development Fund. Le montant recueilli s’ajoutera au budget prévu par le gouvernement qui sera versé dans le fonds.

Les autorités comptent par ailleurs encourager les producteurs à placer les recettes obtenues en termes de droit à travers le monde dans les institutions bancaires mauriciennes. L’objectif est de traiter l’industrie cinématographique comme une industrie d’exportation.