Grâce à une montée en gamme de sa production ces dernières années et un marketing ciblé à l’exportation, Plastinax Austral Ltd – Eyewear, lunetterie mauricienne faisant partie d’ENL Commercial, a graduellement accru ses exportations, notamment sur le marché américain. Les prévisions pour l’exercice financier se terminant au 30 juin 2012 portent sur des exportations d’environ 797 000 unités vers les États-Unis contre 621 000 en 2010-2011. La direction de Plastinax compte dans un proche avenir se tourner vers l’Inde.
L’usine de St-Pierre, lancée en 1976 à partir d’un partenariat 50/50 entre la société française Plastinax France et le groupe ENL, a reçu hier matin la visite de l’adjoint du United States Trade Representative (USTR), Demetrios Marantis, de l’assistante USTR pour l’Afrique, Florie Liser et d’autres membres de la délégation américaine venue participer la veille à la cinquième réunion du conseil du TIFA. À travers une présentation faite par les directeurs de Plastinax, en particulier le General Manager Nicholas Park, Demetrios Marantis et ses proches collaborateurs ont pu suivre le parcours de la lunetterie, qui grâce à un bon rapport qualité-prix, a pu s’imposer comme un fabricant de lunettes à injection plastique de renom dans l’hémisphère sud.
L’objectif initial des promoteurs de Plastinax était de profiter des avantages offerts alors par la Convention de Lomé à travers la fabrication de produits bas de gamme et à faibles coûts destinés au marché européen. La moyenne de production au début des années 90 tournait autour de 275 000 unités par mois et avec un prix de vente approchant les 2,2 dollars par unité. Mais, face à la concurrence des Chinois, Plastinax change de stratégie à partir de 2004, et s’évertue à revoir ses procédés technologiques et son système de qualité pour commencer une montée en gamme tout en améliorant les délais de livraison. Cependant, l’entreprise subit les conséquences de la crise financière de 2008 et parvient à passer ce cap tant bien que mal. Elle se relance en 2010 pour maintenir dans la foulée une progression soutenue. « Plastinax has positioned itself between Europe/Japan and China in terms of quality and price ; The Made in Mauritius is now considered a plus compared to the Made in China », a fait ressortir Nicholas Park.
C’est sur le marché américain que la croissance des exportations de Plastinax est la plus visible. Sur des exportations totales de l’ordre d’un million d’unités en 2010-2011, environ 621 000 ont été acheminées vers les États-Unis. Pour l’année 2011/2012, la direction espère exporter 1,3 million d’unités, dont 797 000 aux USA. L’entreprise prévoit d’enregistrer pour le présent exercice financier un chiffre d’affaires de 290 millions contre Rs 220 millions en 2010-2011. Le marché américain rapporterait Rs 203 millions en 2011 contre Rs 153 millions l’année précédente.
Plastinax fabrique une large gamme de produits pour le compte de clients américains réputés pour la commercialisation des marques Quiksilver, Bollé, Native, Smith et Costa Del Mar, Maui Jim et Zeal. Ces deux derniers viennent d’être ajoutés à sa liste des clients. Plastinax développe également ses marchés en Europe où environ 30 % de ses exportations sont dirigés. Au niveau local, l’entreprise se réjouit de la percée de sa collection de lunettes à verres polarisants de la marque Helios Polarized.
Selon Nicholas Park, environ 4 500 lunettes ont été vendues l’année dernière dans différents points de vente, dont des établissements hôteliers. Le directeur général a salué les efforts du responsable des ventes, Ingrid de Spéville, pour que cette première collection locale puisse s’imposer au plan local. Toutefois, Plastinax compte avec Helios Polarized gagner une part de marché en Inde. La direction a déposé une demande d’enregistrement des différents modèles auprès des autorités indiennes et marquera sa présence lors d’une Mauritius Week prévue en février dans la Grande péninsule.
Comptant aujourd’hui un personnel de 400 employés (376 l’année dernière), Plastinax a actuellement une capacité de production mensuelle de 125 000 unités. L’entreprise a accru sa surface de production d’environ 40 % ces dernières années et a fait l’acquisition de nouvelles technologies, avec l’installation de nouvelles presses à double injection. Une douzaine d’appareils sont installés graduellement en vue de rehausser la capacité de l’entreprise.