Le Joint Negotiating Panel est en concertation avec son conseil légal pour préparer un contre-affidavit en vue de contester en Cour suprême l’action judiciaire de la Mauritius Sugar Producers Association après la décision du ministre du Travail de référer les 21 points en litige devant le National Remuneration Board. Le JNP prévoit par ailleurs une grande assemblée générale pour les laboureurs et artisans de l’industrie sucrière le samedi 11 septembre à Réduit.
La décision de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) d’engager une action judiciaire en Cour suprême a fait l’objet de vives critiques hier à un point de presse du Joint Negotiating Panel (JNP) composé de quatre syndicats de l’industrie sucrière : Union of Artisans of the Sugar Industry (UASI), Sugar Industry Labourers Union (SILU), Organisation pour l’unité des artisans (OUA), Artisans et General Workers Union (AGWU).
« Ce n’est qu’après un an que les barons sucriers ont logé une plainte en Cour suprême pour contester le cas envoyé par le ministre du Travail Shakeel Mohamed… Ceux qui sont dans la profession légale savent qu’il y a des règles juridiques et un délai de trois mois à respecter pour une “judicial review” contre une institution d’État ou publique », martèle Ashock Subron, conseiller technique du JNP. Et de soutenir que « leur puissance économique ne leur (“barons sucriers”) permettra pas de faire ce qu’ils veulent dans le pays ». Il demande au Premier ministre Navin Ramgoolam et Shakeel Mohamed de ne pas « capituler devant les actions de la MSPA ».
Dans un communiqué émis le vendredi 8 juillet, la MSPA a justifié sa décision  dans son affidavit d’entrer une action légale en Cour suprême après le délai prescrit de trois mois parce qu’elle voulait à tout prix préserver la paix sociale et le maintien de bonnes relations industrielles dans l’industrie sucrière après une « longue période très tendue » précédant la conclusion des accords collectifs en 2010. La MSPA a donc privilégié le dialogue avec les autorités locales afin d’expliquer « l’incompatibilité de la décision » du ministre du Travail sur la Employment Relations Act 2008, dont le fondement même repose sur la promotion de négociation collective.
Devanand Ramjuttun, négociateur du JNP, n’est pas du même avis. En vue de contrecarrer cette action judiciaire de la MSPA, il a laissé entendre que le panel est en concertation avec son conseil légal Me Rex Stephen pour préparer un contre-affidavit. Ce qui permettra de contester la demande de la MSPA au National Revenue Board (NRB) d’arrêter les travaux (stay of execution) en cours.
Les syndicalistes, qui se sont déjà mobilisés, estiment qu’un nouveau conflit industriel se présente déjà dans le secteur cannier. Ainsi le JNP invite les artisans et laboureurs de l’industrie sucrière à un grand rassemblement le samedi 11 septembre à l’auditorium Octave Wiehe à Réduit. Le JNP compte faire l’historique de ce bras de fer avec la MSPA et décidera de la marche à suivre par la suite. Selon Ashock Subron, si la MSPA ne souhaite pas que le conflit s’envenime, « elle n’a qu’à retirer sa plainte logée en Cour suprême ».