Le bras de fer entre le Joint Negotiating Panel (JNP) et la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA), portant sur les négociations pour l’introduction d’une pensionable allowance de l’ordre de Rs 2 000 et la mise en place d’un Human Dignity Fund, a franchi une nouvelle étape. Les syndicalistes ont porté cette labour dispute devant la Commission de conciliation et médiation pour trancher cette affaire.
La campagne de mobilisation auprès des travailleurs de l’industrie sucrière, avec ce rapport de forces comme cheval de bataille, a été enclenchée cette semaine en vue du rassemblement du 1er mai à Beau-Bassin.
La Sugar Industry Labourers Union, l’Union of artisans of the Sugar Industry, l’Artisans and General Workers Union et l’Organisation pour l’unité des artisans, constituant le JNP, ont entériné la décision de saisir la CCM dans cette « guerre ouverte » avec la MSPA. Les sujets de discorde portent principalement sur deux demandes des syndicats liées avec les conditions de service pour les ouvriers. Les syndicats proposaient l’introduction d’une allocation de pension de Rs 2 000 payable à tous les employés mensuellement, avec effet à compter de janvier 2012. La JNP réclamait aussi que cette allocation ne soit pas comptée dans le salaire de base actuel touché par les employés, mais que l’indemnité soit prise en considération pour le calcul de la gratuity et retirement. Deuxièmement, les syndicalistes avaient réclamé la mise en place d’un Human Dignity Fund à partir duquel une indemnité serait versée aux employés. La JNP proposait que chaque année, à partir de 2012, un prélèvement de 2 % sur les bénéfices après déduction fiscale des entreprises, soit crédité sur ce fonds.
« We propose that half of the sum levied, i.e. 1 %, to be distributed to all employees of the Sugar and cane related companies on a yearly basis ; and the other remaining 1 % of the levy to be dedicated to subsidized tertiary education to any students/people whose grandparents and parents have been directly or indirectly involved in the Sugar plantations or Sugar factories operations since slavery, indentured labour, colonial and post-independence time » explique le JNP dans la lettre adressée au Professeur Toorul, président de la CCM. « This demand stems from the publication of the Truth and Justice Commission’s Report. It aims at the recognizance of the contribution of the labour force, who has been victims of atrocities and working under exploitative inhuman conditions, in the generation of accumulated wealth of Sugar and Sugar related companies ».
À cet effet, le 10 mars dernier, le JNP a adressé une correspondance à la MSPA en vertu de l’article 53 (3) de l’Employment Relations Act pour entamer les négociations en vue de parvenir à un nouvel accord sur ces questions relatives aux conditions et modalités de service des salariés représentés par les différents syndicats. Mais les multiples tentatives du JNP d’obtenir des négociations se sont avérées vaines.
Mobilisation du 1er Mai
Dans un courrier destiné aux syndicalistes constituant le JNP, le directeur de la MSPA Jean Li indique que se pliant à une résolution adoptée à l’assemblée générale du 29 février, les négociations collectives à venir devront désormais se tenir au niveau des compagnies sucrières et non de l’industrie. Une décision dont le principal objectif est de refléter les nouvelles réalités du secteur. « The MSPA members are of the opinion that such a shift to collective bargaining at enterprise level is a very positive development as it will be beneficial to both employers and their respective employees, particularly in the context of the new economic environment », explique Jean Li.
Cette position de la MSPA a provoqué un véritable tollé dans le milieu syndical du sucre. « The MSPA refused to initiate negotiations in accordance with the provision of law with the duly registered and recognized unions. Given the reasons outlined above the union has no alternative other than to report a labour dispute under Section 64 of the Employment Relations Act 2008 », soutiennent les signataires de la lettre au CCM.
Les syndicats de l’industrie sucrière misent principalement sur le litige les opposant à la MSPA pour rallier un grand nombre de travailleurs des différents établissements au rassemblement du 1er-Mai à Beau-Bassin pour la fête du Travail. « Lager finn deklare ! Bann eritye pe refer sirfas ! Mobilize dan linite, pou riposte. Le 1er-Mai, desann Beau Bassin, an mass ! » peut-on lire sur les premiers tracts qui sont en circulation dans les compagnies depuis le début de la semaine. « MSPA finn desid pou kas kontra avek sindika lindistri sikriyer. MSPA pe dir ki dan 3 mwa li pou nepli rekonet okenn sindika, nepli negosye ek siyn bann lakor o-nivo nasyonal. Zot pe rod “divide to rule”. Zot pe rod kas travayer bout-bout, pou fer plis dominer, kouma lepok lontan, lepok kolonyal. Zot pe rod akonpli zot vye rev pou demantel bann drwa aki travayer, kouma zot finn rod fer dan dernye negosyasyon an 2008-2010 » soutiennent les syndicalistes Serge Jauffret, Ashok Subron et Devanand Ramjuttun, entre autres, sur les tracts.