La crise qui mine l’industrie sucrière se joue à deux niveaux depuis ce matin avec tout d’abord la convocation des deux parties en litige devant l’Employment Relations Tribunal pour débattre sur la légalité de la participation des travailleurs à une grève générale illimitée. Avec le déroulement du processus du « strike ballot » hier, malgré l’injonction en vigueur, l’une des principales retombées de l’ERT est que son président, Me Rashid Hossen, a décidé de référer ce point spécifique au bureau du Directeur des Poursuites publiques et au Commissaire de Police. Dans un deuxième temps, les consultations entre le ministre du Travail Shakeel Mohamed et la Mauritius Sugar Producer’s Association, depuis 13 heures cet après-midi, auront comme principal objectif de trouver un accord d’urgence en vue d’éviter que le secteur sucre ne soit confronté à une grève illimitée.
En dépit de la décision du président de l’Employment Relations Tribunal (ERT) d’étendre l’Interim Order jusqu’à mardi prochain, les têtes pensantes du Joint Negotiating Panel (JNP) syndical maintiennent la tenue des votes par bulletin secret demain. Cet exercice se déroulera dès très tôt le matin sur les établissements sucriers de la région sud. Tout porte à croire que la tension risque de monter d’un cran surtout compte tenu du fait que pour l’injonction non respectée d’hier où les artisans des établissements sucriers du Nord sont passés au vote, Me Rashid Hossen a référé l’affaire sur la table du Directeur des Poursuites publiques et du Commissaire de police Dhun Iswur Rampersad. S’agissant de la légalité d’une éventuelle grève dans l’industrie sucrière, toutes les parties ont été convoquées à comparaître devant le Tribunal mardi prochain à 9 h 30.
Cette menace de grève illimitée dans l’industrie sucrière prévue à la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre, paralysant la présente récolte, pourrait cependant connaître un dénouement rapide dès cet après-midi. En effet, les membres de la Mauritius Sugar Producers Association rencontrent depuis 13 h le ministre du Travail, mandaté par le Cabinet pour jouer le rôle de médiateur, en vue d’arriver à un accord d’urgence pouvant débloquer la situation devenue tendue depuis ces dernières semaines. La déclaration de Shakeel Mohamed au Mauricien hier avant le début des consultations avec les syndicalistes, portant sur le respect des institutions, a été à la base même des échanges à la Victoria House avec le JNP. Le ministre a clairement indiqué qu’il ne pouvait cautionner le fait que les syndicalistes poursuivent le processus de vote des artisans sur la tenue d’une grève alors que depuis vendredi après-midi les compagnies sucrières impliquées dans ce litige ont interdit les déroulements avec cette première injonction émise par l’ERT. Cet Interim Order de la dernière minute la semaine dernière était encore plus compromettant pour l’organisation des votes par bulletin secret compte tenu que la Commission de Conciliation et de Médiation ne peut, dans ce cas de figure, superviser le processus.
Les trois heures de négociations serrées entre le JNP et Shakeel Mohamed devaient aboutir finalement sur la suspension des votes par bulletin secret aujourd’hui à la demande du ministre. Les syndicalistes devaient accepter d’abandonner l’option de grève sous certaines conditions. Toutefois, selon les échanges d’hier, la MSPA se voit désormais confrontée à un ultimatum délicat. Les conditions imposées par les syndicalistes du JNP sont les suivantes :
• Le retrait des deux blocus judiciaires de la MSPA contre la révision des 20 questions sur les conditions de travail référées par l’État au National Remuneration Board, la reprise des audiences au NRB, et la proclamation des règlements appropriés, avec effet rétroactif à partir de 2011.
• Les négociations de 2013 pour les amendements de la convention collective existante sur la révision générale des conditions de travail doivent se tenir au niveau national (niveau industriel) comme convenu en 2010.
• Si les deux propositions ci-dessus sont acceptées à la fin du conflit actuel, le JNP est prêt à pousser les deux questions en litige (l’introduction d’un Human Dignity Fund et d’une Pensionable Allowance de Rs 2 000) à la négociation nationale de 2013.
Avec cette réunion cruciale entre le ministre Shakeel Mohamed et le patronat à la Victoria House depuis 13 h, l’on devrait être fixé dans l’après-midi sur les prochaines manoeuvres dans l’industrie sucrière.