Le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire a lancé cette semaine une campagne de sensibilisation sur des mesures incitatives et des facilités à être accordées aux planteurs de cannes. Le ministre Satish Faugoo a annoncé une caravane d’informations à ce sujet dans différentes régions du pays en vue de sensibiliser un plus grand nombre de planteurs.
« Il existe un fossé dans la communication des informations entre les décideurs et les planteurs. Très souvent cette situation crée des confusions. D’où la nécessité d’un exercice de communication », déclare le ministre. À ce sujet, il annonce l’organisation de séminaires et de conférences avec la participation des représentants des institutions agricoles qui informeront les planteurs des mesures incitatives et des facilités qui sont offertes aux planteurs.
Tout doit être fait pour informer les planteurs, indique Satish Faugoo, qui donne une première information : les primes d’assurance ont baissé de 50 % pour la récolte de 2012. Il indique également que le Field Operations Regrouping and Irrigation Project (FORIP) vise à réduire les coûts de production de sucre d’environ 20 % à 25 % et à augmenter la productivité d’environ 20 %. S’agissant du Planters Harvest Scheme, M. Faugoo fait remarquer que le gouvernement a prévu une somme de Rs 200 M sous l’Economic Restructuring and Competitiveness (ERCP) pour aider les planteurs en période de récolte et le transport des cannes à l’usine.
Pour sa part, le General Manager de Sugar Insurance Fund Board (SIFB), Dinesh Purryag, a élaboré sur la baisse des primes d’assurance, qui est passée de Rs 584 M à Rs 292 M, soit – 50 %. « De ce fait, Rs 292 M seront retournées aux planteurs », dit-il.
Quant au président de la Planters Reforms Association, Salil Roy, il rappelle que les planteurs ont la responsabilité de reconnaître le travail accompli par leurs aînés et un devoir envers les futurs planteurs. « Il est écoeurant de laisser perdre des terres. Travaillant dans des conditions difficiles, nos ancêtres ont pu s’en sortir, pourquoi ne pourrions-nous pas faire mieux ? » dit-il.