La grève légale dans l’industrie sucrière a été repoussée hier après-midi au mercredi 19 novembre. Avec ce nouveau développement, les négociations tripartites ont repris depuis 10 heures ce matin au QG du ministère du Travail et des Relations industrielles. Selon les dernières indications, le Joint Negotiating Panel (JNP) syndical insiste sur un package en vue d’un éventuel accord, comprenant quatre points majeurs, dont l’indéboulonnable augmentation salariale de 38%. D’autre part, cette action industrielle prévue aujourd’hui ayant été renvoyée pour des « raisons stratégiques », les syndicalistes appellent les travailleurs du secteur à un grand rassemblement ce dimanche dans les rues de Port-Louis.
Les informations en provenance de la Victoria House à la mi-journée indiquent que deux comités distincts ont été institués pour une meilleure coordination des étapes de négociations dans le cadre de ce litige industriel. Après une rencontre avec le ministre du Travail et des Relations industrielles Shakeel Mohamed, les deux comités – le premier pour les patrons de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) et le second pour le JNP – devaient siéger simultanément avec, comme principal objectif, de déboucher sur un accord entre les deux parties. Il est toutefois prématuré, dans la conjoncture actuelle, d’obtenir une indication concernant la conclusion de cet accord car les négociations devraient vraisemblablement être aussi de mise dans la journée de demain. Les seules indications disponibles sont que, pour cette séance de travail du jour, les représentants du JNP ont formulé un package syndical regroupant quatre points majeurs.
D’abord, les syndicalistes maintiennent leur demande d’une augmentation salariale de 38%, et ce alors que les sucriers ont précédemment formulé une offre de 11% afin d’éviter toute action industrielle, initialement prévue pour ce matin. Le JNP syndical propose dans la foulée un mécanisme pour contrer les abus dans le recrutement des travailleurs saisonniers par les usines ainsi qu’un plan de retraite décent pour les travailleurs ayant, dit-il, « grandement contribué » dans la réforme de l’industrie sucrière. Au final, l’équipe de négociations, menée par Ashok Subron, réclame que cet éventuel accord couvre tous les travailleurs du secteur, et ce indistinctement, que ce soit les ouvriers saisonniers ou encore ceux affectés dans la raffinerie, la centrale thermique et l’éthanol.
De son côté, la MSPA avait déjà confirmé sa présence aux négociations du jour au ministère du Travail depuis hier après-midi à travers une correspondance, contrairement à ce qui avait prévalu samedi dernier, les patrons de l’industrie sucrière ayant boudé un exercice de médiation initié par le ministre Shakeel Mohamed en personne. « With reference to your letter of this day inviting the MSPA to a conciliation meeting, and after having received confirmation from the ministry that the unresolved issues in relation to the labour dispute reported by the MSPA to the Commission for Conciliation and Mediation will be included in a common agenda to be finalised during tomorrow’s meeting, we wish to confirm the presence of the negotiating team of MSPA to the said meeting », écrit le directeur, Jean Li Yuen Fong.
Même si les dirigeants du JNP ont entériné la décision de repousser le débrayage, qui aurait dû être enclenché depuis ce matin, ils mettent encore une fois la MSPA en garde contre une « véritable riposte » le 19 novembre si les patrons « font encore acte de mauvaises fois ». Interrogés ce matin par Le Mauricien, les membres du JNP déclarent : « Aster ki negosyasyon san kondisyon pe kumanse, JNP inn met tu bann eleman dan so kote pu en lakor favorab a travayer. Tantativ MSPA pu sey inklir bann issues ki menas drwa aki travayer lindistri sikriyer finn enn esek. Olye aksepte negosye ek siyn enn lakor, MSPA inn servi tu kalite sibterfiz pu refiz latab negosyasyon. O final bann konpanyi sikriye inn tir zot mem enn bal dan lipye : kann pann kupe depi samdi dernye, mulin pann rule pandan 2 zur ! O ka MSPA kontinye fer so latet dir, travayer pu donn li la ripost neseser merkredi 19 novam. »
Poursuivant leurs commentaires sur la grève renvoyée au 19, les syndicalistes affirment : « Mobilizasyon travayer lindistri sikriyer pe pran enn nuvo viraz avek dezisyon JNP pu reyni tu travayer lindistri sikriyer dan enn gran rasanbleman dan Port-Louis dimans. Desizyon JNP pu konbinn lagrev artizan ek labourer reprezant enn dirsisman pozisyon sindikal. Enn lagrev artizan ek labourer, avek posibilite ki travayer Medine, rafinnri ek santral termik rant ladan si pa reysi gayn enn lakor pu ena ankor plis konsekans. » D’autre part, Ashok Subron monte au créneau pour dénoncer les déclarations « pro-patronales » de Paul Bérenger lors de ses interventions dans des congrès politiques ces derniers jours : « Par so azisman, Paul Bérenger pe ankuraz MSPA pu refiz negosye ek siyn enn lakor. »