La situation dans l’industrie sucrière en ce début de récolte 2017 n’est pas bonne, à en croire Ashok Subron, négociateur du Joint Negotiating Panel (JNP), qui regroupe quatre syndicats de ce secteur économique, à savoir l’Union of Artisans and Allied Workers of Cane Industry (UAAWCI), la Sugar Industry Labourers Union (SILU), l’Artisans and General Workers Union (AGWU) et l’Organisation pour l’unité des artisans (OUA).
« L’industrie sucrière est en crise car le JNP n’est pas d’accord que la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA) détermine tout nombre ou pourcentage de travailleurs saisonniers pour la récolte 2017, jusqu’à ce que les informations que nous avons réclamées nous soient données. De ce fait, nous sommes sur le pied de guerre », a lancé Ashok Subron lors d’une conférence de presse hier. Le JNP veut aussi que les rémunérations de tous les travailleurs saisonniers engagés par des contracteurs qui travaillent pour les compagnies sucrières soient alignées sur celles des travailleurs permanents, tel que prescrit dans le Collective Agreement and Arbitration Award et la section 20 (b) de l’Employment Rights Act. De même, il demande que les compagnies sucrières et leurs contracteurs respectent la section 3 de cette même loi et qu’ils contribuent, toujours selon la loi, au National Pension Fund (NPF).
Ashok Subron a déclaré qu’à moins d’un accord entre toutes les parties concernées, le JNP se réserve le droit de contester tout chiffre donné par le MCIA sous la section 2A (« given that the statutory period on or before 30 April of each year for the following crop year has elapsed »). « Le JNP se réserve aussi le droit de contester la légalité des compagnies sucrières qui ont déjà eu recours aux travailleurs saisonniers pour la récolte 2017 alors que le MCIA n’a pas encore déterminé le nombre ou le pourcentage de ces travailleurs devant être employés par les contracteurs ou les compagnies sucrières », a-t-il fait ressortir.  
Le négociateur du JNP a rappelé que la section 21 de la Sugar Industry Efficiency Act (SIEA), concernant le recours aux travailleurs saisonniers dans l’industrie sucrière pour la récolte 2017/2018, « a été obtenue après une dure lutte menée par les syndicats du JNP afin de s’opposer à l’abus de ces travailleurs par les employeurs » de cette industrie. « Pendant des années, les compagnies sucrières ont violé les précédentes provisions de la loi, qui avaient mis un plafond de 20% du nombre de travailleurs saisonniers qu’une compagnie peut employer durant la récolte par rapport à sa main-d’oeuvre permanente. Le non-respect de la loi avait mené à la grève de neuf jours dans ce secteur en novembre 2014 », a-t-il rappelé.
Finalement, le JNP réclame de « manière urgente » à la MCIA de lui soumettre une liste de tous les employeurs de cette industrie et une autre de ceux qui n’ont pas encore soumis leurs demandes pour des travailleurs saisonniers pour la récolte 2017/18 « so as to monitor compliance of the law ».