La crise qui secoue l’industrie sucrière fait l’objet d’un véritable bras de fer dans les rounds de négociations avec Shakeel Mohamed comme médiateur. Le package of proposals du ministre du Travail, présenté au Joint Negotiating Panel et à la Mauritius Sugar Producers’ Association (MSPA), a essuyé ses premières critiques hier soir avec les syndicalistes réfractaires sur deux points. En effet l’annulation du renvoi des 21 points en litige au National Remuneration Board et l’application conjointe à l’Employment Relations Tribunal portant sur les droits de la MSPA de négocier au niveau des entreprises constituent les principaux macadams. Jusqu’en début d’après-midi aujourd’hui, la position de l’association patronale concernant les contre-propositions syndicales demeurait encore inconnue. Toutefois les derniers recoupements indiquent que des développements importants pourraient intervenir rapidement avec des nouvelles propositions présentées aux parties en présence.
Dans ses suggestions aux deux parties en litige, le ministre du Travail a indiqué dans un premier temps que la MSPA devait suspendre sa décision selon laquelle ses membres entameraient désormais des négociations collectives au niveau de l’entreprise avec les syndicats respectifs et retirer son blocus judiciaire devant la Cour suprême concernant la décision de Shakeel Mohamed de renvoyer les 21 points non résolus, sur les conditions de travail, au National Remuneration Board. Le ministre propose également que la MSPA accepte que les 21 points en question soient soulevés au prochain round des négociations dans le secteur sucre à partir de janvier 2013 et que par conséquent le renvoi des 21 questions en litige au NRB soit annulé.
Le document fait mention, plus loin, que les 15 compagnies sucrières devaient enlever leur demande d’injonction contre tout préparatif de grève devant l’Employment Relations Tribunal (ERT) et que de l’autre côté le JNP devait « call off strike action » qui émane du labour dispute à la Commission de Conciliation et de Médiation au sujet de l’introduction d’une pensionable allowance mensuelle de Rs 2000 et la création d’un Human Dignity Fund. Les syndicalistes devaient prendre alors connaissance de la proposition du ministre indiquant que ces deux sujets en litige, comme les 21 points mentionnés plus haut, seraient également soulevés lors des prochaines négociations au niveau national à partir de janvier 2013.
Les deux dernières propositions de Shakeel Mohamed devaient porter sur une Joint Application déposée auprès de l’ERT par la MSPA aussi bien que le JNP afin de déterminer si les membres de l’association patronale ont le droit de s’engager dans la négociation collective au niveau de l’entreprise. Les négociations, d’une durée d’environ une heure, devaient échouer sur deux point présentés par le ministre du Travail. Le JNP, avec son négociateur Ashok Subron, devait faire clairement comprendre sa désapprobation quant aux deux propositions suivantes :
• l’annulation du renvoi des 21 points en litige au NRB et le fait qu’ils soient à l’agenda des prochaines négociations de janvier 2013 ;
• l’application conjointe à l’ERT au sujet des droits de la MSPA pour négocier au niveau des entreprises.
« Action industrielle »
Au terme de cette réunion, le JNP devait présenter ses contre-propositions au « Package of proposals » initial de Shakeel Mohamed. Dans la soirée d’hier, les hauts cadres du Travail ont « drafted » les propositions, selon les nouvelles demandes formulées par les syndicalistes, qui ont été transmises à la MSPA. Cependant jusqu’en début d’après-midi, aucune indication n’était encore disponible quant au prochain « move » de la MSPA concernant les contre-propositions syndicales alors que la nouvelle rencontre entre le ministre du Travail et le JNP était pratiquement sur le point de commencer. Les derniers recoupements effectués à la Victoria House indiquaient que les consultations allaient toutefois bon train depuis ce matin avec l’association patronale.
Par ailleurs l’exercice de vote par bulletin secret en vue de valider l’option de grève générale s’est poursuivi ce matin avec les artisans des compagnies sucrières de régions ouest et est passant aux urnes. Dans les rangs du JNP l’on indique que l’exécutif se rencontrera ce soir peu importe le cas de figure. Des décisions importantes devraient être entérinées quant aux prochaines manoeuvres. Toutefois à ce stade, l’on annonce que les syndicalistes ne seront pas présents à la convocation de l’ERT mardi prochain pour débattre de la légalité des travailleurs de participer à une éventuelle grève dans l’industrie sucrière. Le conseil légal du JNP rédigeait un courrier à cet effet à la mi-journée. « Nous n’allons pas accepter tout ce qui est inférieur aux termes de l’accord 2010. Nous allons annoncer notre décision après la proclamation des votes demain. Avec cet exercice les choses s’accéléreront très vite pour une action industrielle » a expliqué en substance Ashok Subron du JNP.
Entretemps sur l’échiquier politique, le premier ministre Navin Ramgoolam a clairement affiché sa position dans ce conflit industriel hier lors de l’inauguration du centre social de Petit-Bel-Air. « Je sympathise avec les travailleurs de l’industrie sucrière. Je pense que ce que la MSPA est en train de faire n’est pas juste. J’ai appris, en route vers Petit-Bel-Air, que les négociations ont repris », a indiqué le chef du gouvernement.