Un accord est intervenu à la mi-journée entre la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) et le Joint Negotiating Panel syndical au sujet du paiement de deux bonis aux laboureurs et artisans de l’industrie sucrière. Le versement des bonis d’assiduité et d’ancienneté avait fait l’objet de litige suite aux huit jours de grève observés par les laboureurs et artisans vers la fin de la dernière campagne électorale. Suite à la réception d’une lettre des représentants des syndicats, le nouveau ministre du Travail et des Relations industrielles, Soodesh Callichurn, a convoqué les deux parties séparément dans la matinée pour passer en revue la situation et pour formuler une sortie de crise.
Après une première séance de travail avec les dirigeants du Joint Negotiating Panel, le ministre a reçu à son ministère des représentants du patronat de l’industrie sucrière. À l’issue de ces échanges, la décision a été prise de payer les bonis d’assiduité et d’ancienneté, la MSPA maintenant toutefois sa position de ne pas payer les salaires pour les huit jours de grève, et ce en dépit de l’appel lancé par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et le ministre des Finances et du Développement économique Vishnu Lutchmeenaraidoo.
Ainsi, dès aujourd’hui, les compagnies sucrières concernées ont pris l’engagement d’enclencher les procédures en vue d’effectuer le paiement de ces bonis au plus tard le 31 décembre prochain. Initialement, le patronat avait objecté à ce paiement en raison de la grève, mais il s’est ravisé subséquemment. En revanche, le choix de l’arbitre pour se pencher sur d’autres aspects du litige opposant le patronat et les syndicats demeure toujours en suspens. Les parties concernées ne sont en effet pas parvenues à se mettre d’accord sur les noms des membres du judiciaire cités.
Dans le camp du Joint Negotiating Panel, la satisfaction est de mise après les consultations de ce matin sous la présidence du ministre du Travail. « C’est une nouvelle victoire pour les laboureurs et les artisans de l’industrie sucrière, qui ont participé à une grève légale en suivant toutes les procédures établies par la loi. Cette détermination dont ont fait preuve les travailleurs de l’industrie sucrière est une référence à tous les partis politiques à l’effet qu’il ne faut jamais se mettre à dos les travailleurs », a déclaré Ashok Subron en guise de conclusion à ce conflit industriel majeur.