À un peu moins de 24 heures du coup d’envoi de la grève illimitée dans l’industrie sucrière, dans le cadre du litige salarial engagé depuis plusieurs mois déjà, les patrons de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) sont revenus à la charge depuis ce matin en guise d’ultime tentative pour désamorcer la crise. Une menace de grève devenant de plus en plus réelle, les sucriers ont formulé une nouvelle proposition d’augmentation salariale de 11%, laquelle serait répartie sur quatre ans.
Après avoir longtemps campé sur leur proposition initiale de 8,5% et boudé l’exercice de médiation initié par le ministre du Travail Shakeel Mohamed samedi matin, les patrons de l’industrie sucrière semblent avoir décidé d’éviter toute action industrielle à partir de demain matin. « Lorsque nous avons proposé une augmentation de salaire de 8,5% au début des négociations, en juillet 2013, le prix du sucre pour la récolte de 2014 n’avait pas encore chuté à Rs 12 500, soit une baisse de près de 25% par rapport aux estimations initiales. Malgré cela, et au vu du présent conflit, nous proposons de détacher l’augmentation de salaire des autres demandes. Même en prenant en considération la baisse catastrophique des revenus du secteur ainsi que les différentes spécificités et capacités à payer des membres de la MSPA, nous proposons une augmentation de 11%, répartie sur quatre ans, en lieu et place de notre proposition de 8,5% », ont fait comprendre l’équipe de négociation de la MSPA au cours d’une conférence de presse organisée à la Plantation House en fin de matinée.
Dans cette nouvelle proposition, la MSPA affirme que l’augmentation de 11% serait ajoutée à la compensation salariale accordée par le gouvernement chaque année. « Basée sur ce qui a été appliqué au cours des quatre dernières années, cette proposition représente en fait une augmentation de salaire totale de près de 30% sur la période 2014-2017, qui devra être payée par les employeurs », poursuivent-ils. Dans l’éventualité où cette offre était acceptée par le JNP syndical de l’industrie sucrière, les membres de la MSPA prennent donc l’engagement d’effectuer d’abord le paiement de l’augmentation de 4%, effectif depuis le 1er janvier 2014, et, par la suite, l’augmentation de 2% prévue à partir de janvier 2015.
Cette nouvelle série de propositions comprend également un autre point : toutes les autres demandes non résolues, avec ces litiges entendus dernièrement au niveau de la Commission de la Conciliation et de Médiation, seront soumises à l’Employment Relations Tribunal pour arbitrage. « Compte tenu des circonstances, nous restons convaincus que l’ERT est l’institution la plus appropriée pour trouver une solution juste et raisonnable, surtout lorsque les positions des parties engagées dans cette affaire sont aussi éloignées », soutient la MSPA. Les sucriers affirment, pour leur part, que cette nouvelle proposition constitue « une avancée considérable vers la paix sociale », soutenant qu’il faut inscrire cette démarche dans le contexte déjà « très difficile » au sein du secteur sucre. Avec cette ultime tentative de négociation, la MSPA espère ainsi que la grève de demain sera évitée, d’autant que « celle-ci n’est pas une solution ». Mais au vu de la situation, les sucriers affirment avoir déjà pris les « dispositions nécessaires » en cas de débrayage demain matin.