Les autorités ont pris la décision de procéder à une remise en ordre au sein de l’industrie touristique dans le cadre de la préservation du label de qualité dans ce secteur. Depuis la fin de la semaine, la direction du groupe hôtelier Apavou se retrouve sous haute surveillance suite à une convocation formelle de la Tourism Authority pour une remise en ordre de la qualité de la prestation de service des trois unités en opération.
Les premiers recoupements qu’a effectués Le Mauricien auprès des sources concordantes au sein de l’industrie hôtelière indiquent que lors d’une séance de travail au siège de la Tourism Authority à Port-Louis, sous la présidence de Robert Pallamy, les principaux manquements relevés ont été portés  à l’attention des responsables de ce groupe. Dans cette perspective, les trois hôtels, qui pourraient faire face à de graves sanctions, sont l’Indian Resort et Mornea dans la péninsule du Morne et La Plantation Mauritius.
Un premier relevé effectué par les autorités compétentes serait accablant pour le groupe Apavou car le niveau des services que ce soit au niveau de l’infrastructure ou encore celui de la restauration, ne serait pas conforme à l’image de l’industrie touristique sur le plan international. D’ailleurs, à la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), l’on ne se garde pas de faire état des reproches essuyés auprès des tour-opérateurs étrangers lors des tournées de promotion touristique.
« Il n’est un secret pour personne au sein de l’industrie que des hôtels de ce groupe se retrouvent en net déphasage avec la stratégie de promotion et l’image projetée par la MTPA sur le marché international », soutiennent des sources autorisées. Les consultations de la fin de la semaine sous l’égide de la Tourism Authority ont permis aux principales parties concernées de faire un constat des problèmes les plus urgents dans le cadre de cette remise à jour.
La direction du groupe Apavou et la Tourism Authority ont convenu d’une rencontre en début de semaine prochaine pour prendre connaissance d’un plan d’action et d’un calendrier de travail.