Poursuivi pour le meurtre de son fils Chitradev Beekoo, Goorparsad Beekoo est passé devant les Assises hier. Il a plaidé coupable sous une charge réduite de “wounds and blows without intention to kill”. La Poursuite a procédé à l’audition de trois témoins avant de clore le procès. Goorparsad Beekoo avait mortellement agressé son fils le 15 mai 2011 lors d’un mariage. Dans sa déposition à la police, l’accusé avait indiqué avoir poignardé son fils pour se défendre car ce dernier le battait souvent. « J’étais un père battu », avait-il déclaré. La cour fera connaître sa sentence ultérieurement.
L’avocate de Goorparsad Beekoo, Me Alanna Ganoo, avait, lors de la précédente comparution, demandé que la charge pesant sur son client soit réduite. Il est désormais poursuivi sous une charge de “wounds and blows without intention to kill”. Appelé à la barre des témoins, le Court Manager de la cour de Rose-Hill a produit les pièces à convictions présentées lors de l’enquête préliminaire, en 2012. Il s’agit des vêtements de l’accusé et de la victime ainsi que l’arme du crime, un couteau de cuisine. L’ASP Goindapa Mardemootoo a ensuite déposé. Il a confirmé avoir rencontré l’accusé à la prison de Beau-Bassin le 17 mai 2012 et de l’avoir informé de la charge qui pèse sur lui. L’accusé aurait gardé le silence et signé le formulaire de charge. Le dernier témoin à être entendu avait produit les trois dépositions de l’accusé.
Chitradev Beekoo, âgé de 32 ans et employé d’une usine textile, avait été poignardé à mort par son père, Goorparsad Beekoo, 61 ans, lors de la cérémonie de mariage de son frère, au domicile des Beekoo, route Palma, à Quatre-Bornes, dans la soirée du dimanche 15 mai. Selon les informations du dossier à charge, ce crime avait pour toile de fond une dispute familiale. Ce soir-là, une énième dispute avait en effet éclaté entre l’accusé et son épouse. Lors de la cérémonie, le père se serait mal comporté en utilisant un langage vulgaire envers les invités, ce qui avait déclenché une dispute conjugale. La victime se serait alors interposée pour calmer les choses et parler en faveur de sa mère, ce qui n’aurait pas plu à Goorparsad Beekoo, qui s’était alors saisi d’un couteau de cuisine. Chitradev Beekoo devait recevoir un coup fatal au coeur et avait déjà rendu l’âme lorsqu’il a été transporté à l’hôpital.
Goorparsad Beekoo affirme avoir agi ainsi pour se défendre. Il avait expliqué aux enquêteurs que s’il ne s’était pas défendu ce jour-là, son fils aurait continué de le frapper, comme il avait l’habitude de le faire. « J’étais un père battu », a-t-il soutenu. Il devait toutefois présenter ses excuses à sa famille, indiquant qu’il n’avait jamais l’intention de tuer son fils. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste avait révélé que la victime était décédée d’une perforation du coeur. La poursuite était représentée par Me Roshan Santokee. Le juge a réservé sa sentence.