Pas moins de 624 cas de gastro-entérite ont été enregistrés dans les hôpitaux et centres de santé publique dans la semaine du 10 au 16 septembre. Ce qui correspond à une légère baisse du nombre de malades par rapport à la semaine précédente, soit 13 cas de moins, note le ministère de la Santé. Ce dernier ajoute que le nombre de Mauriciens souffrant de gastro-entérite est par ailleurs « inférieur à celui enregistré l’an dernier à la même époque ».
Maux de ventre, fièvre, diarrhée, vomissements, nausées… Autant de symptômes qui doivent nous alerter, car peut-être s’agit-il en effet d’une gastro-entérite. Bien qu’extrêmement contagieuse, la gastro-entérite – également appelée grippe intestinale – est en fait une inflammation saisonnière. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille la prendre à la légère. Au contraire : le ministère de la Santé recommande même à ceux ayant les symptômes précités de se rendre au dispensaire le plus proche.
Il faut savoir qu’il n’existe pas un seul type de gastro-entérite, dans la mesure où plus d’une centaine de virus peuvent être à son origine, dont le plus répandu est le rotavirus. Par ailleurs, la gastro-entérite peut provoquer une sévère déshydratation résultant en une sécheresse de la bouche, une grande sensation de soif et une diminution des urines. Aussi les malades doivent-ils s’hydrater le plus souvent possible, et ce en buvant beaucoup d’eau, bien sûr, mais aussi de boissons riches en sels minéraux, de bouillons et de soupes. À cela viennent généralement s’ajouter toute une panoplie de médicaments, comme des anti-diarrhéiques, des anti-vomissements et des anti-nauséeux, des anti-spasmodiques ainsi que des sachets pour la réhydratation et, évidemment, du paracétamol en cas de fièvre. Sans compter qu’il existe un vaccin, le Rotarix, lequel prévient la gastro-entérite chez les jeunes enfants.
La plupart du temps, l’inflammation disparaît après deux à trois jours. Mais attention, car le malade reste contagieux deux jours encore après sa guérison.
Du fait de l’approche de l’été, annonciateur de hausse des températures et, de facto, du nombre de cas de gastro-entérites, le ministère recommande à la population de prendre toutes les précautions d’usage.