Les ex-employés d’Infinity BPO qui n’ont pas obtenu leurs salaires pour les mois de novembre 2010 à janvier 2011 ont eu une session de travail ce week-end avec le liquidateur Roger Boodhna en vue de faire le point sur la mise en liquidation de la société. « Nous faisons confiance au liquidateur et à son conseiller légal Me Thierry Koenig », déclare Gaël Souris, porte-parole des ex-employés.
Réagissant à la manifestation tenue mercredi dernier devant le Parlement par trois personnes dont Norbert Bigaignon, un ancien employé licencié en 2006 (voir Le Mauricien du jeudi 30 juin), les ex-employés indiquent que l’idée de cette manifestation n’a pas fait l’unanimité parmi eux. « Des actions légales sont en cours, pourquoi mettre des bâtons dans les roues de ceux qui veulent nous aider ? », dit Gaël Souris. Selon ce dernier, cette manifestation n’a pas été décidée avec l’accord des anciens employés d’Infinity BPO, qui sont les véritables concernés dans cette affaire. « Le liquidateur et son avoué font tout le nécessaire pour récupérer l’argent afin de payer les anciens salariés ; au lieu de leur mettre des bâtons dans les roues il faudrait les aider », déclare Gaël Souris, qui occupait jusqu’à janvier dernier le poste de superviseur au sein du centre d’appel maintenant en liquidation. « Nous avons toujours eu confiance en le liquidateur et nous continuerons à lui faire confiance », poursuit-il.
Lors de cette session de travail, les anciens employés qui ont reçu en partie ou attendent l’intégralité de leurs salaires des mois de novembre 2010 à janvier 2011 ont pris connaissance des derniers développements dans l’affaire de la mise en liquidation de la société et fait le point sur la situation avec le liquidateur Roger Boodhna. Il a été souligné que la seule personne approuvée par les anciens employés pour agir comme leur porte-parole est Gaël Souris. Ils soutiennent qu’à aucun moment, ils n’ont autorisé une autre personne à les représenter et organiser une manifestation au nom des anciens employés, durant laquelle plusieurs allégations ont été faites à l’encontre du liquidateur et de son avoué par les manifestants (voir Le Mauricien du jeudi 30 juin). « Nous travaillons de concert avec le liquidateur et sommes en mesure d’affirmer que son conseiller légal et lui-même utilisent tous les pouvoirs — voidable transactions, Mareva order – pour obtenir de l’argent afin de payer les salaires. Des actions légales sont en cours et on nous demande de patienter. Le liquidateur a présenté tous les faits et documents devant le juge et c’est à ce dernier de décider de la marche à suivre », insiste Gaël Souris.
Interrogé au sujet de la démission de Roger Boodhna, comme réclamé par les manifestants mercredi dernier, Gaël Souris rétorque : « Si les manifestants ne sont pas satisfaits de la décision de la Cour de confier la responsabilité de liquidateur à Roger Boodhna, ils n’ont qu’à demander une réunion des créanciers et déposer une demande officielle pour la révocation du liquidateur et la nomination d’un autre », soutient le porte-parole des anciens employés.
Rappelons qu’un Mareva order a été émis contre Jean Suzanne et son partenaire français Gérald Bouillaud, ancien directeur général d’Infinity, pour le gel de leurs avoirs, cela suite à une demande du liquidateur déposée en Cour suprême.