Plus de trois-quarts des opérateurs économiques interrogés dans le cadre de la 20e édition de l’« Inflation Expectations Survey », entreprise par la Banque de Maurice, s’attendent à un taux d’inflation de moins de 4,5% pour cette année.
La Banque de Maurice (BoM), qui a rendu publics hier les résultats de ce « sondage » auquel ont participé 46 opérateurs du secteur des services financiers et de l’économie réelle, indique que 78,3% des sondés anticipent un taux inférieur à 4,5% alors que 21,7% prévoient un taux se situant dans une fourchette de 4,5% à 6,5%. Aucun des participants, fait ressortir la BoM, ne s’attend à ce que l’inflation soit supérieure à 6,5% en 2013.
Les opérateurs économiques sont également majoritaires (60,9%) à prévoir un taux de moins de 4,5% pour la période se terminant au 30 juin 2014. Ceux ayant indiqué un taux situé dans une fourchette de 4,5 à 6,5% sont au nombre de 34,7%. De plus, 4,4% des sondés ont indiqué que le taux pourrait dépasser les 6,5% fin juin de l’année prochaine.
Pour ce qui est des prévisions sur la période se terminant en août 2014, le résultat du sondage montre que moins de 50% des opérateurs, soit 47,8%, prévoient un taux situé sous la barre de 4,5%. Un nombre semblable de sondés anticipe un taux variant entre 4,5% et 6,5%. Le reste (4,4%) pense que le taux sera plus élevé que 6,5%.
Les données recueillies lors de l’exercice démontrent que 73,9% des participants considèrent que le taux d’inflation pour les 12 mois se terminant en juillet 2013 est « approrpriate ». Ils sont 17,4% à trouver que ce taux est « bas » alors que 8,7% sont d’avis que le taux est « élevé ».
« With regard to their best description of the movement of prices over the preceding 12  months, 69.6 per cent of respondents indicated that prices of goods and services had gone up, while 10.9 per cent of respondents were of the opinion that prices had gone down.  19.5 per cent of respondents viewed that prices were unchanged », rapporte la BoM. Les autorités bancaires soulignent que pour 71,7% des opérateurs économiques interrogés, les facteurs exogènes sont considérés come la première source d’inflation à Maurice.
Répondant à une question concernant les tendances futures des prix, notamment sur les 12 prochains mois, 89,1% des sondés affirment que les prix vont grimper. Il est à noter que seulement 2,2% estiment que les prix chuteront alors que les autres sont d’avis que ce sera le statu quo.    
Notons que, sur la base des données récentes de Statistics Mauritius concernant l’évolution de l’indice des prix à la consommation (CPI), le taux d’inflation (headline inflation) était de 3,5% pour les 12 mois se terminant en août 2013, contre 3,5% fin juillet dernier. Pour ce qui est de la year-on-year inflation, le taux est passé de 3,6 à 3,1%.