Le taux d’inflation pour cette année se situerait entre 2% et 3%. C’est ce qu’estime la majorité (61,9%) des opérateurs économiques participant à l’lnflation Expectations Survey de la Banque de Maurice.
La 35e édition de cette enquête s’est déroulée le mois dernier avec la participation de 42 opérateurs économiques (sur un total de 50) représentatifs de divers secteurs de l’économie réelle. Elle révèle que 31% des participants anticipent un taux d’inflation inférieur à 2% d’ici décembre 2017 alors que 7,1% des sondés s’attendent à voir un taux supérieur à 3%. À la question de savoir quelles sont leurs prévisions concernant l’inflation d’ici mai 2018, un plus fort pourcentage des sondés, soit 81%, a indiqué que le taux pourrait se trouver dans la fourchette de 2% à 3%. Ils sont moins (11,9%) à anticiper un taux en dessous de 2% alors que ceux qui prévoient un taux au-dessus de 3% représentent 7,1% des participants.
L’Inflation Expectations Survey révèle également que pour 54,8% des opérateurs économiques interrogés, le taux d’inflation annuel de 1,5% enregistré à fin avril 2017 est jugé faible alors que 40,4% considèrent que ce taux est approprié. Le reste (4,8% des sondés) pense que ce taux de 1,5% est élevé.
Deux participants sur trois estiment que les facteurs exogènes constituent la source première d’inflation à Maurice. Un peu moins de la moitié des sondés (47,6%) considère que le taux de change est le deuxième facteur le plus important.  
Par ailleurs, selon le Mauritius Exchange Rate Index (MERI) rendu public par la BoM, la roupie a continué d’apprécier vis-à-vis d’un panier de devises représentatif de nos échanges avec les principaux partenaires commerciaux du pays. Le MERI-1, qui est basé sur la répartition des devises dans nos échanges commerciaux, est passé de 100,610 points en avril à 100,156 points en mai, une baisse de l’indice traduisant une appréciation de la roupie. Il est à noter que le MERI-1 était à 101,478 points à fin décembre 2016 et à 102,440 points en mai 2016.
Un autre indice, le MERI-2, qui tient compte à la fois du poids des devises dans nos échanges commerciaux aussi bien que dans nos revenus touristiques, a poursuivi sa courbe descendante, s’élevant à 99,125 points en mai 2017 contre 99,482 points en avril 2017. À la fin de l’année dernière, cet indice s’établissait à 100,285 points.