Le taux d’inflation pour les douze mois se terminant en mai 2013 s’est élevé à 3,6%, soit le même taux noté depuis février dernier. C’est ce qu’on relève à partir des données publiées par Statistics Mauritius. Par ailleurs, lors de sa conférence de presse d’hier, le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, a déclaré que selon les dernières prévisions le taux d’inflation pour cette année est estimé à 4,5%.
Selon Statistics Mauritius, la « headline inflation » (moyenne des derniers douze mois de l’indice des prix comparée à celle des douze mois précédents) n’a pas évolué en mai 2013, se stabilisant à 3,6% après qu’on eut noté que l’indice des prix à la consommation (CPI) pour le même mois eut reculé de 0,1 point dans le sillage d’une baisse du prix du riz. Le CPI s’élevait à 103,3 points à la fin du mois écoulé. Le taux d’inflation de fin mai 2013, indique Statistics Mauritius, est inférieur à celui observé à la même période de 2012 (5,3%).
Le vice-Premier ministre et ministre des Finances n’a pas manqué de faire état du contrôle de l’inflation à la fin de sa conférence de presse d’hier, ajoutant que selon les prévisions officielles le taux pour cette année est estimé à 4,5%. XLD avait lors d’un précédent point de presse soutenu que c’est la croissance qui devrait être privilégiée tant pour la création de richesses que celle de nouveaux emplois. A environ deux semaines de la prochaine réunion du comité de politique monétaire de la Banque de Maurice (BoM), on laisse entendre dans certains milieux d’affaires que la stabilisation de l’inflation devrait calmer toute ardeur en faveur d’une révision à la hausse du taux directeur. Le Key Repo Rate est actuellement de 4,9%.
Les résultats de la 19e édition de l’Inflation Expectations Survey (enquête sur les attentes d’une cinquantaine d’opérateurs économiques concernant l’évolution de l’inflation) menée par la BoM font voir un changement radical dans l’attitude des sondés. Ils sont plus nombreux à prévoir que le taux d’inflation pour 2013 sera inférieur à 4,5%, soit 61,2% contre 35,4% lors de la précédente enquête. Ceux qui anticipent un taux se situant dans une fourchette de 4,5% à 6,5% sont désormais au nombre de 36,7% par rapport à 56,3% il y a quelques mois de cela. De plus, on dénombre 2,1% des sondés qui s’attendent à ce que le taux d’inflation soit supérieur à 6,5% contre 8,3% lors du précédent sondage.
Cette 19e Inflation Expectations Survey indique également que 49% des opérateurs du secteur des services financiers et d’autres secteurs réels de l’économie sont d’avis que le taux d’inflation à fin mai 2014 sera moins de 4,5%. Cependant, ils sont aussi nombreux à prévoir un taux dans la fourchette de 4,5% à 6,5% pour la même période. Les opérateurs économiques estiment, dans leur majorité (63,3%) qu’à fin juin 2014, l’inflation s’élèverait entre 4,5% et 6,5%.
Trois sondés sur cinq pensent que le taux d’inflation de 3,6% atteint à fin avril 2013 est « appropriate » alors que 22,5% considèrent qu’il est bas et 12,2% estiment qu’il est haut. Se prononçant sur le mouvement des prix au cours des douze mois se terminant en mai 2013, trois opérateurs économiques sur quatre ont indiqué que les prix des biens et services avaient pris l’ascenseur. Ils étaient 16,3% à penser que les prix avaient baissé alors que 8,2% étaient d’opinion que les prix étaient restés inchangés.
Un peu plus des deux tiers des sondés ont soutenu que les facteurs exogènes constituaient la première source de l’inflation à Maurice. Le sondage révèle également que les changements dans la demande étaient le deuxième facteur le plus important pour 34,7% des participants et que pour 34,7% des opérateurs les changements dans le taux de change représentaient le troisième facteur le plus important.
En général, le sondage a établi que pour 85,7% des opérateurs, les prix vont grimper au cours des douze prochains mois alors que seulement 10,2% des sondés s’attendent à une baisse des prix, les autres anticipant le statu quo.