Derrière chaque produit ou idée innovante qui révolutionne la vie, se trouve une personne créative et inspirée — du concept à la création jusqu’à la production — qu’elle soit artiste, inventeur, musicien, médecin ou informaticien. Dans le cadre de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, le producteur de logiciels Microsoft met en garde le public mauricien contre l’impact du piratage. Une activité illégale qui réprime l’innovation et entrave le développement du secteur des Technologies de l’information et de la Communication.
L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle tient cette année sa 12e Journée mondiale de la propriété intellectuelle en mettant l’accent sur « les Innovateurs Visionnaires ». Dans le cadre de cette journée, Microsoft a réaffirmé son engagement pour lutter contre la production et la vente de logiciels piratés et contrefaits à Maurice à travers l’éducation et l’application des lois.
Conjointement avec des partenaires locaux et les autorités, Microsoft compte mettre en place un cadre pour protéger les clients et promouvoir la propriété intellectuelle car le piratage porte atteinte à l’innovation et aux innovateurs eux-mêmes en provoquant des effets négatifs sur leur réussite et en ralentissant le développement.
« Lorsque les gens investissent en temps et en ressources considérables pour faire naître une idée ou un produit, le simple fait de voir leurs idées volées brise le processus de recherche et de développement, en engendrant une baisse dans l’investissement qu’ils accordent aux nouvelles idées. En d’autres mots, le piratage réprime l’innovation », déclare David Finn, Associate General Counsel pour la lutte internationale contre le piratage et la contrefaçon des produits de Microsoft.
Neemalen Gopal, président de la Mauritius IT Industry Association (MITIA), exprime quant à lui ses préoccupations concernant le marché mondial de la contrefaçon et la menace à laquelle il expose les consommateurs, les entreprises et l’économie. « Bien que la vigilance des consommateurs et des acteurs de notre industrie contribuent à lutter contre le piratage informatique, la seule façon de vraiment arrêter cette pratique réside en une étroite collaboration avec le gouvernement. Il faut éduquer le public sur la valeur de la propriété intellectuelle et sanctionner la contrefaçon. Cela aura un impact positif sur la croissance de l’ensemble de l’écosystème informatique et de l’économie », souligne-t-il.
En 2011, la Business Software Alliance, une organisation internationale instituée par les fabricants de logiciels, a fait état d’un taux de 48 % des utilisateurs d’ordinateurs ayant acquis leur logiciel par des moyens illégaux dans les îles de l’océan Indien. Un étude menée en 2010 parle d’un taux de 56 % de piratage de logiciels installés sur des ordinateurs dans le pays.
Soulignons que l’Anti Piracy Unit de la police a effectué récemment une descente chez un distributeur d’ordinateurs à Pailles. Un nombre important de Certificats d’Authenticité (COA) Microsoft a été saisi. Plus de 400 COA de Microsoft Windows et 18 de Microsoft Office 2010 suspectés d’être contrefaits ont aussi été découverts. La branche locale de Microsoft a immédiatement mis en garde les consommateurs contre les Certificats Microsoft illégaux.