Le Efficient Computing Research Group et le Computer Club de l’Université de Maurice ont organisé avant hier un séminaire sur le Cloud Computing à l’auditorium Octave Wiehe, à Réduit, avec pour intervenants des professionnels en informatique des firmes telles que Microsoft et Bhumishq Technologies Ltd. Objectif : initier les jeunes et étudiants en informatique à cette technologie.
Au cours de ce séminaire, des professionnels en informatique ont expliqué les différents axes du Cloud Computing, concept où l’on utilise des serveurs distants et virtuels pour les traitements des données ou le stockage des informations. Ceux-ci étaient traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou le poste de l’utilisateur. Les capacités de ces machines virtuelles sont adaptées de façon dynamique selon la demande des services hébergés. À la base, ce concept est semblable à la distribution et l’utilisation de l’électricité. Le Cloud Computing permet aux entreprises de minimiser leur investissement en termes d’infrastructures informatiques. Il leur permet aussi de se concentrer sur le coeur de leur métier, laissant les soucis informatiques au gérant du cloud. Et ainsi de restreindre le personnel informatique dans l’entreprise, et offre la flexibilité aux petites et moyennes entreprises d’investir un minimum dans les infrastructures informatiques, pouvant accroître cette capacité au besoin.
Le Cloud Computing est utilisé de nos jours par les géants de la technologie : Amazon Web Services, Google, Microsoft et Apple, entre autres. Presque tous ceux qui utilisent un ordinateur ont dû utiliser les services de cloud computing, dont les plus communs sont Gmail, Google Doc, Google Drive, DropBox et iCloud.
Il y a principalement trois niveaux de services offerts par les fournisseurs de Cloud, notamment : 1) L’application, grâce à laquelle les utilisateurs traitent leurs données respectives ; 2) La plate-forme, l’environnement où les applications tournent et 3) L’infrastructure, qui permet l’installation des plates-formes.